DEC
  • MAR
    3
    DEC
  • MER
    4
    DEC
  • JEU
    5
    DEC
  • VEN
    6
    DEC
  • SAM
    7
    DEC
  • DIM
    8
    DEC
  • LUN
    9
    DEC
  • MAR
    10
    DEC
  • MER
    11
    DEC
  • JEU
    12
    DEC
  • VEN
    13
    DEC
  • SAM
    14
    DEC
  • DIM
    15
    DEC
  • LUN
    16
    DEC
  • MAR
    17
    DEC
  • MER
    18
    DEC
  • JEU
    19
    DEC
LA FONDATION JEROME SEYDOUX - PATHE PRESENTE

Talents soviétiques

Collection Arkeïon

du 20 novembre au 10 décembre 2019

 

Du 20 Novembre au 10 Décembre, la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé a choisi de remettre à l’honneur le riche catalogue Arkeïon. Il retrace, à lui seul, toute l’histoire du cinéma Russe du XXème siècle. Racheté par Gaumont en 2007, le catalogue regroupe près de 1100 films en 35mm, tous produits dans l’ex URSS. Les quinze films choisis pour ce 3eme volet ne sont pas les plus connus mais témoignent de la diversité qui a fait, du cinéma soviétique, un véritable laboratoire d’expérimentation.

Revendiquant une rupture totale avec la pratique passéiste des arts en Russie, Vladimir Maïakovski est soucieux de représenter l’Homme moderne. Il transpose, avec l’aide d’Evguéni Slavinski, la romance entre une institutrice et un marginal dans un petit village de la campagne russe et fait de La Demoiselle et le Voyou (1918) une œuvre poétique, éminemment révolutionnaire.

Dans une démarche tout aussi originale, Sergueï Eisenstein démarre sa carrière de cinéaste en inventant une nouvelle forme de montage dans la dramaturgie théâtrale. Ainsi, il intègre son premier court métrage intitulé Le Journal de Gloumov (1923) dans l’un de ses spectacles vivants.

De la même manière, Aleksandr Medvedkine aborde l’épisode de la collectivisation dans Le Bonheur (1935). Il retrace la vie d’un paysan russe au gré des différents régimes politiques dans une approche poétique et burlesque. Cela lui vaut le surnom de « Chaplin soviétique » de la part de Sergueï Eisenstein. Boris Barnet, quant à lui, adapte une nouvelle dramatique La Fonte des glaces sur la lutte opposant les paysans et les propriétaires terriens.

Mikhaïl Kalatozov signe un documentaire Le Sel de Svanétie (1930). Ce film ethnographique, d’un genre nouveau, décrit l’existence des habitants dans cette partie de la Géorgie. Avec la même conviction, c’est cette fois par la fiction qu’Amo Bek-Nazarov, pionnier du cinéma arménien, réalise Namous (1926). Il situe son intrigue à Chamakhi, dans l’actuel Azerbaïdjan, où deux fiancés doivent respecter les us et coutumes avant la cérémonie du mariage….

 

Également au programme : L’Accordéon (1934) d’Igor SavtchenkoLe Garçon de restaurant (1927)Le Procès des trois millions (1926)Les Grades et les hommes (1929) de Yakov ProtazanovLe Bonheur Juif (1925) d’Alexis GranovskiLe Mirabeau (1929) d’A. KordioumLes Ailes du Serf (1926) de Youri TaritchLe Faiseur de miracles (1922) d’Aleksandre Panteleev…

 

Toutes les séances sont accompagnées par les pianistes issus de la classe d'improvisation de Jean-François Zygel (Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris). 

Pour découvrir toute la programmation de la fondation, consultez la frise chronologique ci-dessus.

Pour télécharger le programme complet, cliquer sur le lien ci-dessous.
Télécharger >
PROCHAINEMENT