AOUT
  • VEN
    16
    AOUT
  • SAM
    17
    AOUT
  • DIM
    18
    AOUT
  • LUN
    19
    AOUT
  • MAR
    20
    AOUT
  • MER
    21
    AOUT
  • JEU
    22
    AOUT
  • VEN
    23
    AOUT
  • SAM
    24
    AOUT
  • DIM
    25
    AOUT
  • LUN
    26
    AOUT
  • MAR
    27
    AOUT
  • MER
    28
    AOUT
  • JEU
    29
    AOUT
  • VEN
    30
    AOUT
  • SAM
    31
    AOUT
  • DIM
    1
    SEPT

PROJECTIONS

Salle Charles Pathé

Mar. 14 Juillet 2015 à 16h00

Mar
14
JUIL
16h00
Le Fonds Pathé - "Best of 3"

Du 8 au 28  juillet 2015

Avant de devenir un spectacle sédentaire, le cinéma fut une attraction nomade présentée de foire en foire. Pathé contribua grandement à la propagation du cinéma forain en produisant plus de 1500 films entre 1896 et 1907. Cette première période très florissante de la filmographie Pathé témoigne de l´expansion de la société, depuis la création de Pathé Frères par Charles et Emile Pathé (septembre 1896) jusqu´au développement des succursales à travers le monde.

La Fondation Jérôme Seydoux-Pathé présente, du 8 au 28 Juillet prochain, un cycle intitulé "LE FONDS PATHE", consacré à cette filmographie des premiers temps. Des films rares, de genres différents : fééries, scènes à truc, plein air, scènes comiques ou dramatiques…tous témoins d’une société aujourd’hui disparue.

Au total, 10 programmes d’environ 50 mn chacun composés de films courts (1 à 12 minutes) regroupés en différentes thématiques : « Péripéties enfantines », « Histories d’enfants », « Ah les femmes ! », « Bon appétit », « Magie et sortilèges », « Au spectacle »…et une série de « Best of » déjà largement plébiscités par les premiers spectateurs de la Fondation.

 

BEST OF 3 – 50'

 

Max et l’inauguration de la statue – 1913 – 13’

Production : Pathé frères

Scénario : Max Linder

Interprète : Max Linder

Résumé : Max, dont les succès féminins ne sont plus à compter, reçoit une lettre d’une mystérieuse inconnue, lui donnant rendez-vous au bal de l’Opéra. Notre don Juan va choisir un costume, mais déjà tout est loué ; il doit se rabattre sur une armure de chevalier. Enchanté de sa conquête, Max se livre à de joyeuses libations et, le lendemain matin, il est jeté, complètement ivre, à la porte du restaurant. Or, ce matin-là, le ministre de la Guerre inaugure au Louvre la statue du chevalier Bayard. Deux apaches trouvent Max sous son armure et cette découverte leur suggère l’idée de subtiliser le chevalier en mettant à sa place notre joyeux noctambule.

 

Rêve à la lune – 1905 – 7’29

Production : Pathé frères

Réalisateurs : Ferdinand Zecca et Gaston Velle

Scénario : Ferdinand Zecca et Gaston Velle

Interprètes : Ferdinand Zecca

Résumé : Un brave pochard rentre en titubant à son logis. Sous l’emprise de l’alcool il est en proie aux hallucinations les plus bizarres.

 

Le détective – 1906 – 6’39

Production : Pathé frères

Résumé : Une enfant est surprise et enlevée par des brigands. Ils ne la rendront aux parents que si ceux-ci leur versent une forte somme. Mais le père préfère s'adresser à un détective qui, après s'être consciencieusement grimé, se présente au rendez-vous. Les yeux bandés, on le conduit au repère où se trouve l'enfant.

 

Mortelle idylle – 1906 – 4’55

Pathé frères : Pathé frères

Réalisation : Albert Capellani

Scénario : André Heuzé

Résumé : Deux jeunes paysans s’aiment tendrement ; leur bonheur est sans mélange. Mais, à la fête du village, la jeune fille est éblouie par le spectacle d’un théâtre forain qui lui inspire soudain une vocation théâtrale irrésistible. Elle s’engage dans la troupe ambulante après avoir envoyé une lettre d’adieu à son fiancé. Peu après, nous la voyons devenue étoile et accueillant les belles promesses d’un vieux beau. Le hasard veut que le fiancé abandonné soit pris comme domestique par le séducteur.

 

Le Spectre rouge – 1907 – 7’23

Production : Pathé frères

Réalisateur : Segundo de Chomón

Scénario : Segundo de Chomón

Directeur de la photographie : Segundo de Chomón

Résumé : Enveloppé dans son manteau sombre, le spectre se livre à des divertissements diaboliques. La possession d'un vase ensorcelé lui confère des pouvoirs surnaturels et une femme tente de s'emparer du précieux talisman.

 

Jobart a tué sa belle-mère – 1911 – 8’42

Résumé : Jobard déteste cordialement sa belle-mère et entretient vis-à-vis d’elle la paix armée…

 

Une femme trop pressée – 1906 – 2’57

En provenance du Théâtre forain MORIEUX.

Production : Pathé frères

Résumé : Il est arrivé quelquefois qu’on enterre des morts qui ne le sont pas. Par la hâte intempestive d’une femme, qui sans doute avait des griefs contre son mari, pareille aventure a failli arriver.

 

Les films sont accompagnés au piano par Emmanuel Birnbaum.

 

Pour découvrir toute la programmation de la fondation, consultez la frise chronologique ci-dessus.