MAI
  • VEN
    17
    MAI
  • SAM
    18
    MAI
  • DIM
    19
    MAI
  • LUN
    20
    MAI
  • MAR
    21
    MAI
  • MER
    22
    MAI
  • JEU
    23
    MAI
  • VEN
    24
    MAI
  • SAM
    25
    MAI
  • DIM
    26
    MAI
  • LUN
    27
    MAI
  • MAR
    28
    MAI
  • MER
    29
    MAI
  • JEU
    30
    MAI
  • VEN
    31
    MAI
  • SAM
    1
    JUIN
  • DIM
    2
    JUIN

PROJECTIONS

Salle Charles Pathé

Jeu. 09 Juillet 2015 à 16h00

Jeu
09
JUIL
16h00
Le Fonds Pathé - "Best of 2"

Du 8 au 28  juillet 2015

Avant de devenir un spectacle sédentaire, le cinéma fut une attraction nomade présentée de foire en foire. Pathé contribua grandement à la propagation du cinéma forain en produisant plus de 1500 films entre 1896 et 1907. Cette première période très florissante de la filmographie Pathé témoigne de l´expansion de la société, depuis la création de Pathé Frères par Charles et Emile Pathé (septembre 1896) jusqu´au développement des succursales à travers le monde.

La Fondation Jérôme Seydoux-Pathé présente, du 8 au 28 Juillet prochain, un cycle "LE FONDS PATHE" consacré à cette filmographie des premiers temps. Des films rares, de genres différents : fééries, scènes à truc, plein air, scènes comiques ou dramatiques…tous témoins d’une société aujourd’hui disparue.

Au total, 10 programmes d’environ 50 mn chacun composés de films courts (1 à 12 minutes) regroupés en différentes thématiques : « Péripéties enfantines », « Histories d’enfants », « Ah les femmes ! », « Bon appétit », « Magie et sortilèges », « Au spectacle »…et une série de « Best of » déjà largement plébiscités par les premiers spectateurs de la Fondation.

 

BEST OF 2 – 47'

 

Max veut apprendre à patiner – 1907 – 4’5

Production : Pathé frères

Résumé : Max chausse ses patins, les essaie, tombe souvent et revient courbatu sur la berge.

 

Aux bains de mer – 1906 – 8’26

Production : Comica

Interprètes : René Lantini

Résumé : Monsieur et Madame, gens d’âge mûr et respectable, sont assis sur un rocher ; ils admirent les beautés du rivage. Mais Monsieur est fringant, l’air de la mer, peut-être. Tandis que Madame ne songe qu’à s’assoupir paisiblement, Monsieur, pour se distraire, prend sa jumelle et la braque aux quatre coins de l’horizon sans parvenir à dissiper son ennui quand tout à coup, il aperçoit pataugeant, riant, éclaboussant tout autour d’elles des charmantes jeunes femmes qui prennent leur bain et s’en donnent à cœur joie. Les rejoindre et se mêler à leur ronde joyeuse est l’affaire d’un instant. Mais c’est sans compter sur son épouse.

 

La femme du lutteur – 1906 – 5’07

Production : Pathé frères

Réalisation : Albert Capellani

Scénario : André Heuzé

Résumé : Une jeune bohémienne, femme d’un athlète remarquablement beau et fort, s’aperçoit avec douleur qu’une étrangère a pris le cœur de celui qu’elle aime. Suivre les amants jusqu’au terme de leur promenade, les épier quand ils se croient seuls loin de tous, et frapper enfin sa rivale, heureuse et riche au milieu de son luxe et de son opulence, voilà ce que lui suggère son amour outragé. Le lutteur ressaisi tout entier, au spectacle de cette passion brutale et sanguinaire, protège la fuite de la bohémienne qui, par cette preuve éclatante d’amour, a vraiment su conquérir son cœur.

 

La métamorphose du papillon – 1904 – 1’25

Production : Pathé frères

Réalisation : Gaston Velle

Résumé : Les ailes de la femme papillon changent de couleurs chaque fois qu’elles s’ouvrent.

 

Y’a des fantômes dans la maison – 1914 – 8’28

Production : Nizza

Scénario : Louis Z. Rollini

Résumé : Un cinéma ambulant arrive au village et s’installe devant les Dupont. Yvonne Dupont demande ce qui se passe. On lui tend un prospectus: “Ce soir. Grande représentation cinématographique en plein air de L’Amour qui tue Drame passionnel en 12 parties. On commencera par Bigorno dans la moutarde Scène ultra comique. ”Yvonne demande à aller au ciné. Le père refuse. Les cinématographistes placent l’écran devant la fenêtre d’Yvonne. Celle-ci, ignorant ce détail, voit la scène du meurtre. Affolée, elle monte réveiller ses parents en leur disant qu’il y a des fantômes qui tuent dans la maison. Les parents affolés à leur tour, descendent dans la chambre de la jeune fille et voient des ombres qui assassinent. Ils vont chercher les gendarmes qui crèvent l’écran avec leurs sabres!

 

La poule aux œufs d’or – 1905 – 13’32

Production : Pathé frères

Réalisation : Gaston Velle

Scénario : Inspiré de la courte fable en 12 vers de Jean de La Fontaine

Directeur de la photographie : Segundo de Chomón

Interprète : Julienne Mathieu

Résumé : Un couple de paysans fait l’acquisition d’une poule miraculeuse.

 

Le matelas de la mariée – 1906 – 6’ 

En provenance du Théâtre Forain Morieux.

Résumé : Une matelassière quitte un instant le matelas qu'elle est en train de recoudre. Un pochard qui sort du café s'y installe. La femme revient et finit son travail. Puis, on va livrer le matelas dans une chambre. Peu après, arrive un couple de jeunes mariés.

 

Les films sont accompagnés au piano par Axel Nouveau, élève de la classe d'improvisation de Jean-François Zygel, en partenariat avec le Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris.

 

 

Pour découvrir toute la programmation de la fondation, consultez la frise chronologique ci-dessus.