14/01/2020

« Hal Roach Studios, la Fabrique du rire »

« Hal Roach Studios, la Fabrique du rire »

du 12 au 22 février 2020

 

"I think that I would most like to be remembered for the laughter that I gave to the people of the world."

« Je pense que je voudrais plus que tout laisser le souvenir des rires que j'ai donnés aux gens à travers le monde. »

– Hal Roach

 

 

Rejoignant Los Angeles en 1913, le jeune Hal Roach est embauché comme extra pour des westerns. Désigné rapidement assistant-réalisateur, il recherche à son tour des figurants. En 1914, il fonde sa société de production qui prendra plus tard le nom « Hal Roach Studios » et sera rebaptisée « Laugh Factory » (« La Fabrique du rire »).

En charge de la réalisation des premiers films, Hal Roach sollicite et persuade son entourage de s’improviser techniciens ou comédiens. C’est ainsi que Gaylord et Harold Lloyd rejoignent l’équipe du producteur. Le premier occupe un poste d’assistant tandis que le second s’essaye au métier d’acteur. Sans réelle inclination pour la comédie, Hal Roach convainc Harold Lloyd d’étoffer son personnage burlesque. La société Pathé Frères installée aux États-Unis, principal distributeur des films de la firme, l’encourage aussi dans cette démarche.

Dénicheur de nouveaux talents, Roach pressent aussi le potentiel d’un duo comique qui, par la suite, deviendra un des couples mythiques du grand écran : Laurel & Hardy. Le premier est petit, chétif et rêveur alors que le second est grand, imposant et conscient du monde qui l’entoure. Dans leurs aventures, les deux compagnons s’empêtrent dans des situations insensées virant à l’absurde. Dans leurs folies, des gagmans les accompagnent à l’instar du réalisateur et scénariste Clyde Bruckman à qui l’on doit la plus grande bataille de tarte à la crème de l’histoire du cinéma (La Bataille du siècle, 1927).

Avec Our Gang (Les Petites Canailles), Roach diversifie les personnages comiques et met en scène une bande de garnements qui, essayant d’imiter les adultes, ne cesse de faire des bêtises. Parfois, un autre roi de la comédie, Charley Chase, apparaît dans leurs aventures rocambolesques.

Découvrir la comédie burlesque américaine, c’est croiser inévitablement le chemin d’Hal Roach. Alors, pour les vacances de février à la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé, plongez dans l’univers désopilant et extraordinaire de sa joyeuse compagnie.

 

Au programme : Do you love your wife? (1918) de Hal Roach, Liberty (1929) de Leo McCarey, Strictly Modern (1922) de William Beaudine, High and Dizzy (1920) d’Hal Roach, Dogs of War (1923) de Robert McGowan, Duck Soup (1927) de Fred Guiol, The Big Idea (1923) de Gilbert Pratt, Crazy Like a Fox (1926) de Leo McCarey, Scandale à Hollywood (1926) de Fred Guiol…

 

Toutes les séances sont accompagnées par les pianistes issus de la classe d'improvisation de Jean-François Zygel (Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris).