JUILLET
  • SAM
    20
    JUILLET
  • DIM
    21
    JUILLET
  • LUN
    22
    JUILLET
  • MAR
    23
    JUILLET
  • MER
    24
    JUILLET
  • JEU
    25
    JUILLET
  • VEN
    26
    JUILLET
  • SAM
    27
    JUILLET
  • DIM
    28
    JUILLET
  • LUN
    29
    JUILLET
  • MAR
    30
    JUILLET
  • MER
    31
    JUILLET
  • JEU
    1
    AOUT
  • VEN
    2
    AOUT
  • SAM
    3
    AOUT
  • DIM
    4
    AOUT
  • LUN
    5
    AOUT

PROJECTIONS

Salle Charles Pathé

Jeu. 18 Avril 2019 à 14h00

Jeu
18
AVRIL
14h00
"Les Vampires" de Louis Feuillade - 1915 (1h48) Ep 1, 2 et 3 Présenté par François Albera

Du 10 au 30 avril 2019, en partenariat avec le Centre Pompidou, la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé propose un cycle consacré au cinéma des premiers temps et à ses liens avec les avant-gardes artistiques. 

Toutes les séances sont accompagnées au piano par les élèves de la classe d'improvisation de Jean-François Zygel (Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris).

 

 

La séance du jeudi 18 avril 2019 à 14h est présentée par François Albera*

Les Vampires de Louis Feuillade – 1915 (1h45)

 

En 1914, alors que Pathé annonce la production d’un film-feuilleton intitulé Les Mystères de New York, Gaumont confie aussitôt un projet concurrent à Louis Feuillade, qui a déjà été associé à l’immense succès de Fantômas (1913). C’est ainsi que naît Les Vampires. La série en 10 épisodes met en scène le journaliste Philippe Guérande, lancé à la poursuite d’une mystérieuse organisation criminelle, « Les Vampires ». Le personnage clé du sérial est Irma Vep, incarnée par l’actrice et réalisatrice Musidora. Femme fatale vêtue d’un maillot de soie noire, la tête dissimulée sous une cagoule dessinée par Paul Poiret. Fascinés par ce personnage et l’univers dans lequel il évolue, les surréalistes établiront la réputation de l’œuvre de Feuillade.

Ces Vampires-là ne sucent pas le sang, ils volent, tuent et terrorisent Paris en multipliant enlèvements, vols et assassinats. La police est dépassée et seul le journaliste Philippe Guérande - aidé par son ami Oscar - Cloud Mazamette, un ancien de la bande qu’il a persuadé de suivre le droit chemin, tente de mettre hors d'état de nuire ces dangereux criminels. Il ne ménage pas ses efforts pour contrer les agissements du Grand Vampire, le chef de la bande, d’Irma Vep, l’égérie des malfaiteurs, ou encore de Satanas, dangereux manipulateur d’explosifs, et Vénénos, le "maître des poisons"...

 

Épisode 1 : La tête coupée (40min)

Philippe Guérande, reporter au « Mondial », part en Province où on a découvert le corps décapité de l'Inspecteur chargé d'enquêter sur les Vampires... Au château du Docteur Nox, alias le Grand Vampire qui l'a tué et pris sa place, Philippe découvre la tête du policier. Le docteur est démasqué, mais il s'échappe après avoir assassiné une richissime américaine.

Épisode 2 : La bague qui tue (17min)

Une célèbre danseuse promet à Guérande des révélations sur les Vampires. Au cours d'une représentation, elle s'écroule, empoisonnée par une bague offerte par un faux comte, qui n'est autre que le docteur Nox. Le journaliste est enlevé par les Vampires et découvre à cette occasion que son collègue Mazamette est lié à la bande. Ce dernier l'aide pourtant à s'évader...

Épisode 3 : Le cryptogramme rouge (48min)

Philippe Guérande tente de déchiffrer un cryptogramme inscrit dans un petit carnet trouvé sur le cadavre d'un membre des Vampires. Dans un cabaret, repaire de la bande, se produit la chanteuse Irma Vep, dont le nom est une anagramme de vampire. La jeune femme se fait engager comme domestique chez la mère du reporter dans l'espoir de voler le fameux carnet...

Version numérique DCP - Gaumont-Pathé Archives

 

précédé par :

 

Le Retour à la raison, 1923 (3min)

Réalisation : Man Ray

Film improvisé, présenté au public dès le lendemain de sa réalisation lors d'une soirée dite du Cœur à Barbe.

Pour son premier film, Le retour à la raison, montage improvisé en une nuit de 1923 et présenté au cours de la soirée dada dite du Cœur à Barbe, Man Ray transpose la technique de la rayographie à l’image en mouvement. À la séquence des rayogrammes, élaborée sans caméra, en plaçant des objets sur des bandes de films ensuite exposées à la lumière, Man Ray associera des prises de vue nocturnes, des plans de ses sculptures cinétiques et une scène conçue comme un blason érotique de sa muse d’alors, Kiki de Montparnasse.

Copie 35mm, prêt en provenance des collections du Centre Pompidou - Mnam / Cci, Paris.

Remerciements auprès de l’ADAGP pour leur aimable autorisation.

* François Albera est historien du cinéma, critique de cinéma et professeur d'histoire et esthétique du cinéma à l'université de Lausanne.

-------------------

Offre spéciale valable pour toutes les séances du cycle (du 9 au 30 avril 2019) :

Détenteurs de la carte POP' du Centre Pompidou - tarif réduit : 4€

 

 

Pour découvrir toute la programmation de la fondation, consultez la frise chronologique ci-dessus.

POUR TÉLÉCHARGER LE PROGRAMME COMPLET, CLIQUER ICI !
Télécharger >
LE PROGRAMME PAPIER
Télécharger >