JUILLET
  • VEN
    12
    JUILLET
  • SAM
    13
    JUILLET
  • DIM
    14
    JUILLET
  • LUN
    15
    JUILLET
  • MAR
    16
    JUILLET
  • MER
    17
    JUILLET
  • JEU
    18
    JUILLET
  • VEN
    19
    JUILLET
  • SAM
    20
    JUILLET
  • DIM
    21
    JUILLET
  • LUN
    22
    JUILLET
  • MAR
    23
    JUILLET
  • MER
    24
    JUILLET
  • JEU
    25
    JUILLET
  • VEN
    26
    JUILLET
  • SAM
    27
    JUILLET
  • DIM
    28
    JUILLET

PROJECTIONS

Salle Charles Pathé

Mer. 06 Juin 2018 à 19h30

Mer
06
JUIN
19h30
Journée dédiée au pionnier du cinéma tunisien : Albert Samama Chikly - Séance de 19h30

Mercredi 6 juin 2018

 Au cours du cycle "Premières images du Maghreb", la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé rend hommage durant une après-midi et une soirée, à un des premiers réalisateurs tunisiens, Albert Samama Chikly.

Toutes les séances sont accompagnées au piano par les élèves de la classe d'improvisation de Jean-François Zygel, en partenariat avec le Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris.

 

 

 

 

Au cours du cycle "Premières images du Maghreb", la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé rend hommage durant une après-midi et une soirée, à un des premiers réalisateurs tunisiens, Albert Samama Chikly.

Albert Samama Chikli est né à Tunis en 1872. Très tôt son goût pour les innovations technologiques se manifeste. Il part explorer le Sahara en Algérie à bicyclette et s’intéresse à la pratique du morse ou à la photographie scientifique. En 1895, il découvre le cinématographe des frères Lumière. Il entretient alors une correspondance professionnelle avec Louis Lumière et se lance dans la prise de vue à Tunis et à Paris. A son retour du service cinématographique pendant la Première Guerre Mondiale, il se consacrera au cinéma de fiction, ayant pour vedette sa fille Haydée qui collaborera également à l’écriture des scénarios et au montage de ses films.

 

14h : Séance d'ouverture - projection du programme "Albert Samama Chikly, opérateur de guerre" (1h)

La séance sera présentée par Mariann Lewinsky (réalisatrice, chercheuse et historienne du cinéma muet).

Pour en savoir plus sur le programme

 

15h30 : Début des interventions

- Mariann Lewinsky (réalisatrice, chercheuse et historienne du cinéma muet) et Antonio Bigini (réalisateur et scénariste italien) - 1h

Davantage connu pour ses deux films de fiction, le travail documentaire d’Albert Samama Chikly est longtemps resté inexploré. Avec la projection, en 2015, de plusieurs de ses films et de certaines de ses photographies, le festival « Il Cinema Ritrovato » a réussi à exhumer des archives dormantes. Ce fut l’occasion d’un important travail de recherche mené, entre autres, par Mariann Levinsky qui réalise actuellement – avec Antonio Bigini – un documentaire sur ce pionnier du cinéma tunisien. Ils viendront  présenter l’histoire de ces archives et nous faire partager leur découverte d’un personnage fantastique doté d’un esprit ludique et cosmopolite.

 

16h30 : Pause

 

17h : Reprise des interventions

- Morgan Coriou (Maîtresse de conférences en Sciences de l’information et de la communication) – 45min

L'intervention de Morgan Corriou portera sur l'établissement d'un circuit du film entre l'Europe et le Maghreb dans les premières décennies du XXe siècle, à travers l'exemple d'Albert Samama Chikly. En revenant sur la façon dont l'aventurier tunisien s’est initié à la prise de vues, a noué des relations avec les firmes cinématographiques françaises et s'est attaché plus généralement à faire connaître son travail à l'étranger, Morgan Corriou s'interrogera sur la place d'un pays en situation coloniale dans les échanges inégaux qui caractérisent très vite le jeune commerce mondial du film.

- Dominique Moustacchi (Chargée de projets éditoriaux à la Direction du patrimoine cinématographique du CNC) - 45min

Albert Samama-Chikly fait figure de pionnier dans les pays du Maghreb puisqu'il fait partie des tous premiers à utiliser le cinéma comme moyen de création et qu’il est considéré à ce titre comme le premier cinéaste tunisien. En évoquant les deux fictions qu'il a réalisées, toutes deux conservées au CNC, Zohra en 1922 et Aïn-el-Ghezal, (La Fille de Carthage) en 1924, Dominique Moustacchi reviendra sur le contexte politique – le Protectorat français – mais aussi sur la situation du cinéma au Maghreb à l’ époque, qui lui  ont permis de concevoir ces oeuvres.

19h30 : Projection du programme « Albert Samama Chikli, un pionnier du cinéma tunisien » (1h)

La séance sera présentée par Dominique Moustacchi (Chargée de projets éditoriaux à la Direction du patrimoine cinématographique du CNC)

Pour en savoir plus sur le programme

 

Pour les conférences :

entrée libre sur réservation à l'adresse : accueil@fondationpathe.com

Merci d'indiquer dans votre mail si vous souhaitez assister à l'une ou les deux séances de la journée.

 

Pour les deux séances à 14h et 19h30 :

achat d'un billet sur place (réservation par mail conseillée à l'adresse indiquée ci-dessus) ou en ligne en cliquant sur le lien ci-dessous :

http://www.digitick.com/ext/billetterie5/?site=fondationpathe

 

 

Pour découvrir toute la programmation de la fondation, consultez la frise chronologique ci-dessus.

Pour télécharger le programme complet, cliquer ci-dessous !
Télécharger >