AOUT
  • VEN
    16
    AOUT
  • SAM
    17
    AOUT
  • DIM
    18
    AOUT
  • LUN
    19
    AOUT
  • MAR
    20
    AOUT
  • MER
    21
    AOUT
  • JEU
    22
    AOUT
  • VEN
    23
    AOUT
  • SAM
    24
    AOUT
  • DIM
    25
    AOUT
  • LUN
    26
    AOUT
  • MAR
    27
    AOUT
  • MER
    28
    AOUT
  • JEU
    29
    AOUT
  • VEN
    30
    AOUT
  • SAM
    31
    AOUT
  • DIM
    1
    SEPT

PROJECTIONS

Salle Charles Pathé

Sam. 09 Février 2019 à 16h30

Sam
09
FEV
16h30
"Le Silence" de Louis Delluc et "La Muraille qui pleure" de Gaston Leprieur

La Fondation Jérôme Seydoux-Pathé propose une nouvelle exploration du cinéma muet européen et américain, autour de l’art de voyager dans le temps. Procédés techniques et formels, trucs et effets spéciaux, animation ou prise de vue réelle, le cinéma découvre et élabore sa souplesse narrative et la mobilité temporelle qu’elle permet. Reconstituer le passé avec précision ou fantaisie, anticiper un avenir plus ou moins imaginaire, reparcourir l’évolution et les métamorphoses du monde et des hommes à travers les âges, confronter les époques et les civilisations : ce sont toutes ces facettes du voyage dans le temps que fait miroiter cette programmation thématique.

 

 

La séance du samedi 9 février est présentée par Christophe Gauthier, historien du cinéma. 

 

Le Silence – 1920 (20min)

Réalisation et scénario : Louis Delluc 

Production : Le Film d'Art, Vandal et Delac

Avec : Gabriel Signoret, Eve Francis, Ginette Darnys, André Brunelle

 « Dans le silence nocturne de ce dernier quart d’heure avant [un] rendez-vous », Pierre, un artiste passionné (le comédien Gabriel Signoret), « évoque tout ce qu’il aime et a aimé. » Pour comprendre comment il en est arrivé là, le spectateur s'immisce dans ses souvenirs et les motifs du drame apparaissent par nappes successives, grâce à un recours précoce au flash-back. Dans ce « petit film brutal » dont l’originalité fut saluée lors de sa sortie, Louis Delluc explore la voie d’un « cinéma intérieur », à savoir la question d’exprimer au cinéma le domaine des idées, des pensées, des visions, des souvenirs et du passé, tout en recourant aux faits, aux gestes et à l’action. Passé et présent se distinguent par un traitement différent qui fait de ce monologue un véritable voyage dans le temps. 

Le film est projeté en 35mm, la copie provient du CNC.

 

suivi de 

 

La Muraille qui pleure – 1919 (45min)

Réalisation : Gaston Leprieur 

Production : Phocéa Films

Avec : Emile Keppens, Max Claudet, Yvette Andréyor

Plongeons dans le récit légendaire d’un pays qui s’écrit à même la pierre, dans les stratifications du temps et de l’eau qui coule ! La Muraille qui pleure est un film d’un cinéaste peu connu des années 1910-1920, Gaston Leprieur, pour la société Phocéa Film et avec la célèbre Yvette Andréyor (Judex, Mathias Sandorf, Les Deux timides…). Leprieur réalise en 1922 l’adaptation d’un autre voyage célèbre, celui des Aventures de Robinson Crusoë.

En pleine campagne, un promeneur découvre une plaque de fortune, accrochée à un vieux mur, sur laquelle il est écrit "Passants si tu crois en Dieu arrête-toi et fais une prière pour Marion mourut ici d'avoir trop souffert". A la demande du voyageur intrigué, l'aubergiste relate l'histoire qui se cache derrière cette inscription. 

Le film est projeté en 35mm, la copie provient du CNC. 

 

La séance du 09/02/2019 est accompagnée au piano par Emmanuel Birnbaum, fondateur de l'Ecole française de Piano. 

La séance du 21/02/2019 est accompagnée au piano par un élève de la classe d'improvisation de Jean-François Zygel (Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris). 

Pour découvrir toute la programmation de la fondation, consultez la frise chronologique ci-dessus.

POUR TÉLÉCHARGER TOUTE LA PROGRAMMATION CLIQUER CI-DESSOUS
Télécharger >