NOV
  • MER
    15
    NOV
  • JEU
    16
    NOV
  • VEN
    17
    NOV
  • SAM
    18
    NOV
  • DIM
    19
    NOV
  • LUN
    20
    NOV
  • MAR
    21
    NOV
  • MER
    22
    NOV
  • JEU
    23
    NOV
  • VEN
    24
    NOV
  • SAM
    25
    NOV
  • DIM
    26
    NOV
  • LUN
    27
    NOV
  • MAR
    28
    NOV
  • MER
    29
    NOV
  • JEU
    30
    NOV
  • VEN
    1
    DEC

PROJECTIONS

Salle Charles Pathé

Mar. 20 Décembre 2016 à 19h00

Mar
20
DEC
19h00
L'ASSOCIATION KINÉTRACES PRÉSENTE : René Guychard à travers ses carnets de voyage

 

« L'Homme à la caméra : Du tourneur de manivelle au chef-opérateur »

La Fondation Jérôme Seydoux-Pathé poursuit son partenariat avec l'Association Kinétraces pour un cycle de projections en neuf séances sur les pionniers de l'image cinématographique. Venez parcourir l'histoire d'une conquête professionnelle, technique et artistique, des premiers opérateurs aux as de la manivelle.

 

 

 

René Guychard à travers ses carnets de voyage

Séance animée par Clara Auclair*

 

 

La carrière de l’opérateur René Guychard (1883-1947) est riche de plus de 120 films. Il a principalement travaillé pour Pathé et à la S.C.A.G.L de 1906 à 1923, puis a tourné de nombreux films, dont notamment Le Tourbillon de Paris (1928), La Divine Croisière (1928), et Au Bonheur des dames (1925) avec Julien Duvivier au Film d’Art de 1925 à 1929. Il travailla aussi chez Alex Nalpas de 1930 à 1934. Il a collaboré avec Antoine, Capellani, Monca, Jean Kemm, Henry Krauss... En 1921 il est envoyé en Indochine pour couvrir le voyage du Maréchal Joffre à Angkor. Il a alors 37 ans. C’est la première fois que René Guychard part pour un si grand voyage et il décide de consigner ses impressions dans un carnet, aujourd’hui conservé à la Cinémathèque Française. L’écriture hachée de l’apprenti diariste transmet en un style particulièrement visuel les vives expériences qu’il éprouve au large : « c’est un ahurissement et mes yeux ne sont pas assez grands » écrit-il à son arrivée à Penang. Tout au long du voyage, René Guychard écrira son incapacité à décrire les merveilles qu’il voit défiler sous ses yeux : seule sa caméra aura pour mission de retransmettre ses « vues » aux spectateurs français d’alors. Aussi mince soit-elle, c’est un triple témoignage que nous livre cette archive : un témoignage humain, un témoignage technique et un témoignage historico-politique sur la place du cinéma dans le système colonial français. Les images du Cambodge peuvent-elles être comparées à celles de la France que Guychard tourna quelques années plus tard alors qu’il travaillait pour Louis de Carbonat sur une autre épopée, toute aussi nationaliste, qu’était celle du tournage du Tour de France par deux Enfants ? C’est ce que ce programme tâchera d’explorer.

 

Ruines d’Angkor, (1923), 3 min

Production : Pathé Frères (Pathé Revue)

Résumé : Série de vues tournées à Angkor Vat lors des préparatifs de la cérémonie prévue en l’honneur du Maréchal Joffre. Panorama sur les ruines du temple, traversée de rivières en jonques, défilé du roi Sisowath et de sa cour, répétitions de danses khmères.

 

Cérémonie Bouddhique à Angkor Vat, (1923), 3 min

Production : Pathé Frères (Pathé Revue)

Résumé : Nouvelle série de vues tournées dans l’attente de la cérémonie en l’honneur du Maréchal Joffre. « La fête Bouddhique avec 1200 bonzes montant au temple, escalier de 40 mètres de hauteur. Et priant dans une cour du temple. Tableaux saisissants qui je crois auront beaucoup de succès » (René Guychard, extrait du carnet de voyage)

 

Le Tour de France par deux enfants, Episode 1 : Vers la France et Episode 4 : Aidons nous les uns les autres (1924), 96 min

Réalisation : Louis de Carbonat

Production : Pathé Consortium Cinéma

Interprétations : Grégoire Willy (Julien Volden), Mme Sapiani (la mère Gertrude), Lucien Legeay (André Volden), Gaston Derigal (Frantz Volden), Claude Bénedict (le pilote Guillaume), Grandet (le père Étienne)

Résumé : Julien et André Volden quittent Phalsbourg en Lorraine par une froide journée de 1872 pour tenter de rejoindre leur oncle et la France à Marseille selon le vœu de feu leur père. Lors de leur périple, ils voient défiler les « bonnes gens » et les paysages. 

 

 

Projection en 35 mm. Copies provenant du CNC et de Gaumont-Pathé archives. 

*Clara Auclair est doctorante en études culturelles et visuelles à l’Université de Rochester (Etats-Unis) et à l’Université Paris Diderot/Paris 7. Ses recherches portent sur les représentations des relations franco-américaines dans les archives d’opérateurs et techniciens du cinéma français du cinéma muet installés à Fort Lee, NJ. Clara est diplômée de la L. Jeffrey Selznick School for Film Preservation (George Eastman Museum, Rochester, NY) et travaille en tant qu’assistante de cours et assistante à la numérisation de photographies et documents à l’Université de Rochester. 

La séance est accompagnée au piano par les élèves de la classe d'improvisation de Jean-François Zygel, en partenariat avec le Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris. 

 

Pour découvrir toute la programmation de la fondation, consultez la frise chronologique ci-dessus.