NOV
  • SAM
    18
    NOV
  • DIM
    19
    NOV
  • LUN
    20
    NOV
  • MAR
    21
    NOV
  • MER
    22
    NOV
  • JEU
    23
    NOV
  • VEN
    24
    NOV
  • SAM
    25
    NOV
  • DIM
    26
    NOV
  • LUN
    27
    NOV
  • MAR
    28
    NOV
  • MER
    29
    NOV
  • JEU
    30
    NOV
  • VEN
    1
    DEC
  • SAM
    2
    DEC
  • DIM
    3
    DEC
  • LUN
    4
    DEC

PROJECTIONS

Salle Charles Pathé

Mar. 17 Mai 2016 à 19h00

Mar
17
MAI
19h00
Le Grand Jeu : séance spéciale Léontine Massart

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'Association Kinétraces présente Le Grand Jeu :

Séance spéciale animée par Mélissa Gignac

 

Léontine Massart (1885-1980) est une comédienne de théâtre et une actrice de cinéma, qui débute sur l'écran en interprétant des rôles divers dans des films majoritairement prestigieux, qu'ils relèvent de la fiction historique ou de séries d'Art.

Sa carrière de comédienne de théâtre, notamment au Théâtre Antoine et au Théâtre de l'Ambigu, facilite le rapprochement et les rencontres, notamment avec Albert Capellani. Camille de Morlhon fait ensuite appel à elle pour ses fictions coloniales (tournées en Algérie). La poursuite de sa carrière d'actrice témoigne de cette continuité dans des films de prestige par l'intermédiaire du long métrage fictionnel. Morlhon lui confie ainsi des rôles dans des mélodrames qui constituent autant de « scènes dramatiques » produits par les Films Valetta, qui a pour ambition, rappelons-le, de « lancer sur le marché des grands films artistiques interprétés par l'élite des principaux théâtres de Paris » (L'Écho du Cinéma réuni, n°32, 4 octobre 1912).

La présence de Léontine Massart participe donc de l'artisticité du cinéma de cette période. On espère un « transfert de prestige » dans planches vers la pellicule, tout en faisant de cet origine théâtrale un argument publicitaire pour drainer un nouveau public au cinéma, et pour faire acquérir au dernier des arts venus ses lettres de noblesse.

Cette « contamination » supposée du cinéma par le théâtre, passe, dans bien des esprits, par la présence de ces comédien(ne)s, leurs costumes, et leur jeu, qu'un Delluc aurait pu qualifier « d'ampoulé ». Néanmoins, les films de Morlhon témoignent par leur mise en scène que ces films méritent d'être vus pour leurs qualités esthétiques et photographiques.

Si Léontine Massart interprète ici des rôles très codés et hérités du XIXe siècle, les films proposés avec cette séance réservent aussi de belles surprises cinématographiques.

Mélissa Gignac est docteure en histoire et esthétique du cinéma. Ses recherches portent sur la création du long métrage de fiction aux États-Unis et en France dans les années 1910. Elle a été conférencière à la Cinémathèque française et chargée de cours dans différentes universités. Elle est aujourd'hui attachée temporaire d’enseignement et de recherche à l'Université Charles-de-Gaulle-Lille 3.

 

La Marchande de roses (1911) 7 min

Réalisation : Camille de Morlhon

Scénario : Camille de Morlhon

Production: Pathé Frères

Interprétations : Léontine Massart ; Berthe Bovy (Lucette)

Résumé : Pauvre Lucette, petite marchande de roses, pourquoi t’es-tu laissé prendre au beau ramage de ce frivole oiseau de passage ? Cet artiste, un instant séduit par la fraîcheur de ton sourire et le charme printanier de ta jeunesse en fleur...

La copie 35 mm est issue des collections du CNC (Archives françaises du film).

 

Don Quichotte (1913) 29 min

Réalisation : Camille de Morlhon

Scénario : D’après le roman de Miguel Cervantès

Production: Films Valetta

Interprétations : Claude Garry (Don Quichotte) ; Vallez (Sancho Pança) ; Henri Etiévant (Don Fernand) ; Allain Durthal (Cardenio) ; Scheffer (Valet de Don Fernand).

Résumé : Un vieil hidalgo, Don Quichotte, confiné dans son castel de la Mancha où il passe son temps à lire des romans de chevalerie, rêve d’endosser le costume de ses héros : délivrer les princesses opprimées, châtier les félons et remplir toute la terre de ses exploits… Monté sur son étique cheval, Don Quichotte s’échappe de chez lui et va courir les aventures, accompagné de son écuyer Sancho dont le bon sens va lui éviter bien des déboires.

Le film sera projeté en version numérique, issue des collections de Gaumont-Pathé Archives.

 

La Broyeuse de Coeurs (1913) 47 min

Réalisation : Camille de Morlhon

Production : Films Valetta

Interprétations : Léontine Massart (Ida Bianca), Pierre Magnier (Pierre de Brézieux), Camille Licenay (Marthes), Jeanne Brindeau (la mère de Marthes), M. Lopez (Nuovita)

Résumé : Pierre de Brézeux est fiancé à une jeune femme qu'il adore, Marthes. Mais une fâcheuse rencontre avec une « sirène », Ida Bianca, danseuse qu'il rencontre au Cercle Royal et qui va l'entraîner dans ses filets, va bouleverser son équilibre et son bonheur. 

 

Séance accompagnée au piano par Axel Nouveau, en partenariat avec la classe d’improvisation au piano de Jean-François Zygel du Conservatoire National Supérieur de la Musique et de la Danse de Paris.

 

 

Pour découvrir toute la programmation de la fondation, consultez la frise chronologique ci-dessus.