JUILLET
  • LUN
    15
    JUILLET
  • MAR
    16
    JUILLET
  • MER
    17
    JUILLET
  • JEU
    18
    JUILLET
  • VEN
    19
    JUILLET
  • SAM
    20
    JUILLET
  • DIM
    21
    JUILLET
  • LUN
    22
    JUILLET
  • MAR
    23
    JUILLET
  • MER
    24
    JUILLET
  • JEU
    25
    JUILLET
  • VEN
    26
    JUILLET
  • SAM
    27
    JUILLET
  • DIM
    28
    JUILLET
  • LUN
    29
    JUILLET
  • MAR
    30
    JUILLET
  • MER
    31
    JUILLET

PROJECTIONS

Salle Charles Pathé

Jeu. 31 Janvier 2019 à 14h00

Jeu
31
JAN
14h00
Programme : Costumes et accessoires : le temps de la mode (50min)
 

La Fondation Jérôme Seydoux-Pathé propose une nouvelle exploration du cinéma muet européen et américain, autour de l’art de voyager dans le temps. Procédés techniques et formels, trucs et effets spéciaux, animation ou prise de vue réelle, le cinéma découvre et élabore sa souplesse narrative et la mobilité temporelle qu’elle permet. Reconstituer le passé avec précision ou fantaisie, anticiper un avenir plus ou moins imaginaire, reparcourir l’évolution et les métamorphoses du monde et des hommes à travers les âges, confronter les époques et les civilisations : ce sont toutes ces facettes du voyage dans le temps que fait miroiter cette programmation thématique.

 

Toutes les séances sont accompagnées au piano par les élèves de la classe d'improvisation de Jean-François Zygel (Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris).

 

Programme "Costumes et accessoires : le temps de la mode" (50min)

La séance est présentée par Marion Polirsztok*

 

 

Vieilles coiffes, vieux costumes Pathé Revue, 1924 (5’16)

Revoir et montrer l’ancien temps : la revue Pathé fait revivre les costumes et les coiffures, tradition qui traverse le temps. Ces beaux portraits de femmes, seules ou en groupe, sur fond de nature ou d’ombrelle, s’attachent à montrer à la complexité et la finesse des châles et des coiffes de l’Ouest de la France, réhaussées par la délicatesse des couleurs.

 

Les chapeaux des belles dames, Emile Cohl, 1909 (3’40)

Alors que défilent les dates (1400, 1420, 1775, 1818 etc.), le buste d’une femme dans un médaillon fleuri tourne et expose les différentes coiffes correspondantes. Tout un dispositif de voyage dans le temps !

 

Histoire de chapeaux, Emile Cohl, 1910 (6’)

Surgis de son chapeau de magicien animateur, Emile Cohl fait danser les chapeaux à travers les âges et les civilisations : de quoi y perdre la tête ! Le chapeau haut de forme retient toute son attention : ce chapeau-télescope connaît bien des mésaventures au cinéma.

 

Eventails du XVIIIe siècle, Pathé revue, 1924 (4’17)

L’éventail est accessoire en harmonie avec chacune des époques qu’il caractérise, par les matériaux utilisés et les motifs représentés. Objets privilégiés du cinéma des années 1910 et 1920 (dans la même série il existe également une revue Pathé L’éventail de la Révolution à nos jours), ces éventails d’époques Louis XIV, Louis XV et Louis XVI, sont présentés par des modèles contemporains.

 

Eventail animé, Emile Cohl, 1909 (4’39)

Dans la tradition du Merveilleux éventail vivant de Georges Méliès (1904), Emile Cohl invente son propre éventail magique. Dans le demi-cercle propre à cet objet, six femmes s’éventent, elles représentent six époques évoquées dans des saynètes. L’éventail finalement est liée au féminin et donne à penser, dans la mobilité des lames à s’ouvrir et se fermer, une image du temps que l’on plie et replie sous les yeux du spectateur.

 

Mode, Pathé Revue, 1926 (7’23)

La colorisation au pochoir de cette revue Pathé souligne la beauté des tissus anciens transformés pour les besoins de la mode contemporaine. Différentes actrices célèbres se succèdent chez l’antiquaire Maurice Ariel pour choisir sacs et pochettes dans des matériaux du XVIIème et XVIIIème siècles (velours et broderie persans, broderie turque, vêtements hindous). Valeur antiquaire et orientalisme se conjuguent pour nous faire voyager.

 

Le billet de logement (2’37)

Un vénérable prieur reçoit son voisin, franciscain à la mine paterne. Ils sont à table lorsque deux lansquenets, munis d’un billet de logement, viennent troubler leur dîner. Le bon prieur les fait conduire à l’étable où une botte de paille doit leur servir de lit et un pichet d’eau de pitance. Mais les soudards, alléchés par l’odeur de la bonne cuisine, imaginent de jouer un bon tour aux deux moines.

La comédie, la bouffonnerie et la farce des années 1900 s’embarrassent rarement du passé et de ses costumes trop sophistiqués. Mais dans cette scène comique Pathé, moines, bonne et lansquenets arborent quelques déguisements évoquant un XVème ou XVIème un peu flous, dans un décor d’appartement qui conviendrait bien à une maison bourgeoise du début XXème !

 

Léonce en ménage, Léonce Perret, 1913 (11’44)

Les jeunes mariés Léonce et Odette se disputent car celle-ci ne veut pas aller voir Manon à l’Opéra-Comique. Pleine de regrets, Odette décide de faire une surprise à Léonce pour le grand bal masqué de la nuit de la Saint-Sylvestre : « les invités viendront habillés en costumes du XVIIIème siècle », inspirés de personnages historiques ou littéraires. C’est transformée en Manon qu’Odette retrouve Léonce au dîner qu’il a préparé pour elle. Les époques et les histoires se mêlent..

 

*Marion Polirsztock est docteure en esthétique et histoire du cinéma, spécialiste du cinéma muet américain.

Les films sont projetés en version numériques, les copies proviennent de Gaumont Pathé Archives. 

Pour découvrir toute la programmation de la fondation, consultez la frise chronologique ci-dessus.

POUR TÉLÉCHARGER TOUTE LA PROGRAMMATION CLIQUER CI-DESSOUS
Télécharger >