17/11/2017

COLLOQUE SEGUNDO DE CHOMON : DERNIERES PLACES DISPONIBLES

LES MILLE ET UN VISAGES DE SEGUNDO DE CHOMON : 
TRUQUEUR, COLORISTE, CINEMATOGRAPHISTE… ET PIONNIER DU CINEMATOGRAPHE
 
27 et 28 novembre 2017
 
Animateur, truqueur, cinéaste, superviseur d’effets spéciaux, collaborateur de création, coloriste, inventeur, amateur de danse… Le colloque qui se tient à la Fondation en novembre se propose de mettre en lumière Segundo de Chomón, « pionnier méconnu du cinéma européen », en documentant son œuvre par des analyses de films et l’étude de fonds d’archives.
Après quelques films réalisés au début du XXème siècle à Barcelone, Segundo de Chomón (1871-1929) s’installe pendant quelques années à Paris avant de retourner en Espagne au début des années 1910. Sa carrière oscille entre l’Espagne, la France, où il travaille pour Pathé, et l’Italie. L’un des maîtres incontestés des premiers trucages cinématographiques, il reste également lié aux débuts de la mise en couleurs des films. Néanmoins, ce pionnier espagnol est bien plus que cela et l’importance de son œuvre aurait sans doute été mieux étudiée et plus finement évaluée sans l’ombre portée de Georges Méliès. Si Chomón a pu s’inspirer du célèbre pionnier français dans un certain nombre de ses films à trucs, il s’en distingue clairement par son exploitation magistrale du tour de manivelle, des ombres chinoises et du mouvement inversé. Par ailleurs, il reste l'un des rares cinématographistes à avoir réussi le grand saut entre le cinéma monstratif des films à trucs des années 1900 et le cinéma institutionnalisé des années 1910. Les trucages de ses premières scènes à trucs et à transformations deviendront effets spéciaux dans les films narratifs dont il assurera l’exécution avec une parfaite maîtrise, de La Poule aux œufs d‘or (1905) à Cabiria de Giovanni Pastrone (1914).
La filmographie de Chomón offre de nombreuses pistes d’analyse. Plusieurs aspects de son œuvre et sa carrière seront abordés :
— Sa filmographie, ses thèmes-phares et son « style »
— La mise en couleurs de ses films
— Ses techniques de trucages
— Ses différentes collaborations, de Gaston Velle à Giovanni Pastrone 
 
Ce colloque propose de revisiter son œuvre à la lumière de sources peu exploitées ou récemment mises au jour. Il sera aussi l’occasion de découvrir ou de revoir des films de Chomón lors de la programmation qui lui sera consacrée entre novembre et décembre 2017 à la Fondation, en partenariat avec les cinémathèques françaises et étrangères. La Galerie des Collections présentera parallèlement un ensemble inédit de photographies de sa carrière cinématographique.
 
Il est organisé par l’université Évry-Val-d’Essonne (Centre Pierre-Naville) et la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé, sous la direction de Réjane Hamus-Vallée, Jacques Malthête et Stéphanie Salmon, dans le cadre du projet « Les Arts trompeurs. Machines. Magie. Médias »(2015-2018), soutenu par le Labex Arts-H2H/ENS Louis Lumière et plusieurs partenaires dont l’Université d’Evry,l’Université Paris-Est, le LISAA, l’IRCAV, l’Université Paris Lumière, l’Université de Montréal, l’UP8 INREV-AIAC, en partenariat avec le programme de recherche « Les arts trompeurs. Machines, Magie, Médias » (2015-2018).
 
Le colloque tiendra  la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé les 27 et 28 novembre 2017.
Entrée libre sur réservation à l’adresse contact@fondationpathe.com
Merci d'indiquer sur le message la participation à l'une ou aux deux journées du colloque.
 
Programme provisoire en PDF joint.