JUILLET
  • SAM
    20
    JUILLET
  • DIM
    21
    JUILLET
  • LUN
    22
    JUILLET
  • MAR
    23
    JUILLET
  • MER
    24
    JUILLET
  • JEU
    25
    JUILLET
  • VEN
    26
    JUILLET
  • SAM
    27
    JUILLET
  • DIM
    28
    JUILLET
  • LUN
    29
    JUILLET
  • MAR
    30
    JUILLET
  • MER
    31
    JUILLET
  • JEU
    1
    AOUT
  • VEN
    2
    AOUT
  • SAM
    3
    AOUT
  • DIM
    4
    AOUT
  • LUN
    5
    AOUT

PROJECTIONS

Salle Charles Pathé

Ven. 24 Avril 2015 à 16h00

Ven
24
AVRIL
16h00
Barrabas - Deuxième et troisième épisode

LE CRIME A L'ECRAN - 22 Avril au 16 Juin 2015

La Belle Epoque est friande de récits criminels. La presse populaire et les affiches, les théâtres et l’édition bon marché en servent régulièrement leur lot au public. C’est une matière pleine d’action et de sensations fortes, ancrée dans la réalité quotidienne, dont va aussi s’inspirer le cinéma. Toutes les histoires ont en commun un certain imaginaire, lointainement issu des Mystères de Paris d’Eugène Sue, où le crime révèle la face cachée de la société bourgeoise triomphante : un monde souterrain inquiétant, menaçant. Les histoires de crimes ont pour raison d’être de dramatiser la vie dans la grande ville. Ainsi les premiers films criminels contiennent-ils quelques-unes des plus remarquables séquences qui aient été tournées en extérieur dans les rues de Paris et de sa banlieue. Il faudra la guerre pour couper court à cet imaginaire de la criminalité très ancré dans le XIXe siècle.

C’est au travers d’une trentaine de films, courts et longs métrages, que la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé se propose de revenir aux tous débuts d’un genre cinématographique encore très prisé aujourd’hui , et de faire revivre au public les frissons des spectateurs d’il y a cent ans.

 

BARRABAS – 1919 – 7H20

Réalisation : Louis Feuillade ;

Scénario : Louis Feuillade et Maurice Level

Société de production : Société des Etablissements L. Gaumont

Interprètes : Fernand Hermann, Edouard Mathé, Gaston Michel, Georges Biscot, Blanche Montel, Jeanne Rollette, Albert Mayer, Lugane, Lyne Stanka, Violette Jyl, Laurent Morléas, Olinda Morléas, Orlinda Mano.

 

DEUXIEME EPISODE : LA JUSTICE DES HOMMES – 29’ - (35 mm)

Pour sauver l'honneur de sa famille - car il est en réalité Jacques d'Albane - Rougier se laisse guillotiner sans parler. Mais il a remis un testament crypté à son avocat Jacques Varèse. Venu réclamer l'héritage de Rougier", Jacques se retrouve face à Strélitz qui le drogue et le marque de son sceau. Sous prétexte de lui dispenser des soins, le Docteur Lucius, un complice de Strélitz, s'introduit chez le jeune avocat.

 

TROISIEME EPISODE : LA VILLE DES GLYCINES – 40’ - (35 mm)

Lucius vole le testament de Rougier, et laisse au chevet de Jacques une "infirmière", Noëlle Maupré. Pris en otages dans une villa de banlieue par les hommes de Barrabas, Raoul de Nérac et Françoise Varèse, la sœur de Jacques, sont délivrés après une bagarre mémorable, par Laugier, un ancien camarade de guerre de Raoul venu se servir en vin dans la cave où il est enfermé, et par Biscotin.

 

Les films sont accompagnés au piano par Nicolas Worms, élève de la classe d'improvisation au piano de Jean-François Zygel, en partenariat avec le Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris.

 

En partanariat avec L'exposition "CINEMA PREMIERS CRIMES" qui se tiendra du 17 avril au 2 Août 2015 à la Galerie des Bibliothèques de la Ville de Paris. Plus d'informations sur http://www.paris-bibliotheques.org/expositions/premiers-crimes/

 

Pour découvrir toute la programmation de la fondation, consultez la frise chronologique ci-dessus.