MAI
  • JEU
    16
    MAI
  • VEN
    17
    MAI
  • SAM
    18
    MAI
  • DIM
    19
    MAI
  • LUN
    20
    MAI
  • MAR
    21
    MAI
  • MER
    22
    MAI
  • JEU
    23
    MAI
  • VEN
    24
    MAI
  • SAM
    25
    MAI
  • DIM
    26
    MAI
  • LUN
    27
    MAI
  • MAR
    28
    MAI
  • MER
    29
    MAI
  • JEU
    30
    MAI
  • VEN
    31
    MAI
  • SAM
    1
    JUIN

PROJECTIONS

Salle Charles Pathé

Sam. 02 Février 2019 à 14h00

Sam
02
FEV
14h00
Programme : Plongée aux origines (55min)

La Fondation Jérôme Seydoux-Pathé propose une nouvelle exploration du cinéma muet européen et américain, autour de l’art de voyager dans le temps. Procédés techniques et formels, trucs et effets spéciaux, animation ou prise de vue réelle, le cinéma découvre et élabore sa souplesse narrative et la mobilité temporelle qu’elle permet. Reconstituer le passé avec précision ou fantaisie, anticiper un avenir plus ou moins imaginaire, reparcourir l’évolution et les métamorphoses du monde et des hommes à travers les âges, confronter les époques et les civilisations : ce sont toutes ces facettes du voyage dans le temps que fait miroiter cette programmation thématique.

 

Toutes les séances sont accompagnées au piano par les élèves de la classe d'improvisation de Jean-François Zygel (Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris).

 

Programme "Plongée aux origines" (55min)

La séance du 02/02 est présentée par Marion Polirsztok*

 

 

En route, Emile Cohl, 1910 (5’)

Cette route animée par Emile Cohl est doublement un voyage dans le temps : parce qu’elle montre l’évolution des moyens de locomotion à travers les âges, et parce qu’avec ces transports, il est précisément question de voyage. « Mouvement, tout était mouvement dans la Création » !

Le film est projeté en version numérique, la copie provient de Gaumont Pathé Archives.

 

His Prehistoric Past (Charlot nudiste) 1914 (22’)

Production : KEYSTONE

Réalisation : Charles CHAPLIN

Interprètes : Charles CHAPLIN, Mack SWAIN, Al SAINT JOHN

La Préhistoire fascine ou est à la mode en ces années 1910 ? Après Man’s Genesis de D.W. Griffith en 1912 et avant les films préhistoriques de Willis O’Brien, Chaplin signe ici une farce parodique convoquant les habituels rochers, peaux de bêtes, cheveux crêpés…sans oublier le chapeau, les chaussures et la canne du vagabond, etc., pour le plus grand plaisir de l’anachronisme ! Charlot s’endort sur un banc dans un parc public et rêve à un film de Charlot au temps des cavernes. La matraque du policier le sortira de son sommeil pour nous faire revenir au présent. L’âge de pierre sut également inspirer Buster Keaton pour son propre voyage dans le temps, Three Ages (1923).

Le film est projeté en version numérique, la copie provient de Lobster films.

 

La Guerre du feu de Georges Denola - 1914 (25’)

D’après le roman de J.H. Rosny

Avec : Léa Piron, André Simon, Herman Grégoire, Georges Dorival

Peu de temps après le roman de Jack London Before Adam (1906-1907), où un jeune garçon du présent revit l’histoire de son « moi » au temps de la préhistoire, J.H. Rosny aîné fait paraître son « roman des âges farouches », La Guerre du feu, à partir de 1909, soit cinq après la fondation de la Société préhistorique française en 1904. Ce film en est une adaptation et raconte l’histoire de la tribu des Oulhamr, qui vénère le feu mais ne sait pas l’allumer. Suite à des rivalités entre Naoh et Aghoo pour le cœur de la fille du chef Gammla, le feu s’éteint et les deux guerriers se lancent dans sa quête, au bout de laquelle Gammla sera la récompense. L’ayant subtilisé aux Dévoreurs d’homme, Nao revient dans sa tribu mais il est piégé et ligoté par Aghoo qui s’empare du feu et de Gammla. Le feu s’éteint. Entretemps un sourcier apprend à Naoh à allumer du feu en frottant deux silex et celui-ci rentre triompher au campement. Le savoir a triomphé de la force brute. A coté de tous les attendus d’un film de reconstitution historique (action, scènes d’affrontements, danses, costumes), ce film se distingue par l’omniprésence de la nature, de la forêt et de la végétation luxuriante, des pierres et des cavernes dans la pénombre et l’exiguïté desquelles le cinéaste n’a pas hésité à placer sa caméra.

Le film est projeté en version numérique, la copie provient de la Cinémathèque française. 

 

*Marion Polirsztock est docteure en esthétique et histoire du cinéma, spécialiste du cinéma muet américain.

Pour découvrir toute la programmation de la fondation, consultez la frise chronologique ci-dessus.

POUR TÉLÉCHARGER TOUTE LA PROGRAMMATION CLIQUER CI-DESSOUS
Télécharger >