NOV
  • SAM
    18
    NOV
  • DIM
    19
    NOV
  • LUN
    20
    NOV
  • MAR
    21
    NOV
  • MER
    22
    NOV
  • JEU
    23
    NOV
  • VEN
    24
    NOV
  • SAM
    25
    NOV
  • DIM
    26
    NOV
  • LUN
    27
    NOV
  • MAR
    28
    NOV
  • MER
    29
    NOV
  • JEU
    30
    NOV
  • VEN
    1
    DEC
  • SAM
    2
    DEC
  • DIM
    3
    DEC
  • LUN
    4
    DEC

PROJECTIONS

Salle Charles Pathé

Jeu. 29 Septembre 2016 à 14h00

Jeu
29
SEPT
14h00
Amor di Regina ... et autres courts-métrages

La Fondation Jérôme Seydoux-Pathé donne une carte blanche à Mariann Lewinsky

Depuis sa première édition en 1986 le festival IL CINEMA RITROVATO de Bologne est devenu le centre mondial de l’exploration du cinéma. Notre programme, dédié aux grandes actrices du muet, de leur premières apparitions en 1909-1910 jusqu’au seuil du cinéma sonore en 1929-1930, est  un regard sur trente ans de redécouvertes, rendu possible grâce à ce festival et à 25 années de restaurations effectuées par le laboratoire de Bologne « L'Immagine Ritrovata ».

La plupart de ces films rares qui constituent ce programme, et où s’illustrent des actrices de premier plan, ont été restaurés par la Cineteca de Bologne (à l’exception de Les Femmes de Ryazan, La Tierra de los toros et La Princesse aux clowns). Ils témoignent du travail continu de recherche et de programmation du Cinema Ritrovato pour écrire une nouvelle histoire du cinéma.

 

Amour de Reine (Amor di Regina) - 1913 (30')

Italie

 

Réalisation : Guido Volante

Production : Societa Anonima Ambrosio

Avec : Marie Cléo Tarlarini, Alfredo Bertone, Orlando Ricci

 

Résumé :

"Parfois, le cinéma capture l'essence d'un future proche d'une étrange manière, comme dans ce drame visionnaire de 1913. Amor di Regina projette, en effet, de sombres visions de la tourmente politique et de la guerre en passe de devenir réalité.

Mary Cléo Tarlarini joue une reine, forcée à l'exil par un coup-d'état. Négligée par son mari, anciennement roi, elle tombe amoureuse d'un jeune et généreux officier. Tout finit par un drame. 

En 1913, l'industrie cinématographique italienne était en pleine gloire et très en avance sur son temps. Grâce à des studios élaborés, une sophistication visuelle et une collaboration avec les meilleurs actrices, elle devint un modèle pour Hollywood". ML 

 

Film restauré à partir d'une copie nitrate de la Cinémathèque française.

Film projeté en version numérique. VOST FR 

 

A qui appartient cet enfant ?- 1910 (8')

Réalisation ; Gebhard Schtzler-Perasini

Caméra : Guido Seeber

Production : Deutsche Boscop

Avec : Rosa Porten, Henny Porten

 

Résumé

"Aucune bonne action ne devrait rester impunie"... Un homme bienveillant trouve un enfant perdu dans les bois et le ramène dans son foyer, déclenchant une série de quiproquos.

"Une merveilleuse petite comédie dans laquelle joue Henny Porten - qui devriendra l'acrtice de cinéma la plus appréciée en Allemagne - et sa soeur Rosa Porten, une remarquable actrice comique, scénariste et réalisatrice. Elle réalisa, sous le pseudonyme de Docteur R Porteg en collaboration avec Franz Eckstein, près de vingt films à l'humour rafraîchissant. Elle donna la part belle à des protagonistes femmes, parfois vulgaires, qui se moquaient des frontières de classes et des attitudes sexistes" ML 

 

Film projeté en numérique, VOST FR

 

Parjure (Spergiura!) - 1909 (10')

Italie

 

Réalisation : Luigi Maggi 

D'après La Grande Bretèche d'Honore de Balzac

Avec : Marie Cleo Tarlarini, Alberto Capozzi 

 

"Tarlarini intégra les Studios d'Ambrosio en 1909. Elle devint sa première vedette féminine dans la prénommée "Série d'Or" lancée en 1909. Après le succès mondial de "Gli Ultimi Giornu Di Pompei", Pathé produisit sa propre version du cruel roman de Balzac quelques mois plus tard... on n'en dit pas plus!" ML 

 

Film projeté en 35mm. VOST FR

 

Concours de beauté entre enfants à Turin - 1909 (4')

Avant que les stars n'apparaissent, le cinéma a utilisé les héros quotidien comme des danseurs, des politiciens, des chiens - et des enfants.

Commençant avec Andrée Lumière, le film est une affaire de famille : interprété par son père Auguste, et filmé par son oncle Louis en 1895. 

 

La copie a été découverte dans la collection de Jean Desmet et restaurée par le Nederlands Filmuseum (Eye Film Museum).

Le film est projeté en 35mm

 

Tous les films seront accompagnés au piano par les élèves de la classe d’improvisation de Jean François Zygel, en partenariat avec le Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris.

Pour découvrir toute la programmation de la fondation, consultez la frise chronologique ci-dessus.

Pour télécharger le programme complet, cliquer ici !
Télécharger >