DEC
  • MAR
    11
    DEC
  • MER
    12
    DEC
  • JEU
    13
    DEC
  • VEN
    14
    DEC
  • SAM
    15
    DEC
  • DIM
    16
    DEC
  • LUN
    17
    DEC
  • MAR
    18
    DEC
  • MER
    19
    DEC
  • JEU
    20
    DEC
  • VEN
    21
    DEC
  • SAM
    22
    DEC
  • DIM
    23
    DEC
  • LUN
    24
    DEC
  • MAR
    25
    DEC
  • MER
    26
    DEC
  • JEU
    27
    DEC

PROJECTIONS

Salle Charles Pathé

Jeu. 16 Octobre 2014 à 14h00

Jeu
16
OCT
14h00
ALBERT CAPELLANI - L'ASSOMMOIR ET AUTRES DRAMES
Albert Capellani (1874-1931), est considéré comme l'un des plus grands pionniers du cinéma mondial. Il fit faire un pas de géant au septième art par sa subtile directiion d'acteur et son extraordinaire sens visuel.
 
C’est à partir de 1905 qu’il rejoint la société Pathé-Frères pour laquelle il réalise un très grand nombre de films courts dans tous les genres codifiés par la maison: scènes dramatiques, comédies, scènes de féerie et contes.
 
En 1908, il est nommé directeur artistique de la Société Cinématographique des Auteurs et Gens de Lettres (SCAGL), une filiale de Pathé chargée de produire des adaptations littéraires. Il adapte alors à l'écran des Grands classiques comme Les Misérables en 1912 , Germinal, La Glu, le Nabab en 1913, Le Chevalier de Maison Rouge en 1914,  Quatre-vingt-treize en 1921....
 
Autant de chefs d’œuvre qui ont marqué l’histoire de Pathé et que la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé se propose de faire redécouvrir aux spectateurs.
 
Séance accompagnée au piano par Axel Nouveau, élève de la classe d'improvisition au piano de Jean-François Zygel, en partenariat avec le Conservatoire National Supérieur de la Musique et de la Danse de Paris
 
L’ASSOMMOIR (1909)   (3 parties) – 36’
Gervaise Macquart, Provençale originaire de Plassans, rejoint son amant Auguste Lantier à Paris. Très vite Lantier la quitte et s’enfuit avec Virginie. Les deux femmes se battent violemment au lavoir. Quelques mois après Coupeau, ami de toujours, propose à Gervaise de l’épouser. Elle accepte avec joie. Pendant cinq ans, le couple vit heureux. Virginie, cependant n’a pas oublié l’humiliation subie au lavoir. Un jour que Gervaise et sa petite fille vont porter le repas à Copeau sur le chantier où il travaille, Virginie qui rôde par-là, monte sur l’échafaudage et desserre quelques planches. Lorsque Coupau retourne au travail, les planches glissent sous son pied et il s’écrase sur la chaussée.  Très handicapé, Il sombre dans l’alcool et se retrouve hospitalisé pour deux ans. À son départ de l’hôpital, on l’avertit que la moindre goutte d’alcool causera sa perte. Virginie qui rôde à nouveau par-là, rentre subrepticement chez Coupeau et Gervaise et change une bouteille de vin en une bouteille d’absinthe. Coupeau prend la bouteille, boit et réalise qu’il vient de se condamner. Cependant, son désir d’alcool est le plus fort et il vide la bouteille. Il est immédiatement saisi de delirium tremens.
 
L’AGE DU CŒUR (1906) – 4’
Une jeune femme mariée à un vieux général, brave, couvert de gloire, de décorations, de médailles et de… rhumatismes vit sans troubles mais aussi sans espoir. L’intimité d’un ami met un peu d’attrait dans sa vie. Le mari, prévenu par une lettre anonyme, les surprend dans un pavillon de chasse. Il jure de se venger mais il en est incapable...
 
DRAME PASSIONNEL (1906) – 6’
C’est l’histoire d’une jeune fille séduite et délaissée ! La jeune ingénue  hésite puis cède aux  promesses et aux serments du séducteur. Devenue mère, l’amoureux de jadis la quitte et se prépare à faire un mariage d’argent. Le hasard veut que ce soit précisément la jeune femme qui soit chargée de confectionner la robe de sa fiancée. Cette coïncidence donne lieu à une rencontre imprévue et dramatique le matin même du mariage.
 
PAUVRE MERE (1906) – 6’
Une petite fille tombe accidentellement d’une fenêtre et meurt. La mère est inconsolable et sombre dans l’alcool.  Peu à peu dans les vapeurs de l’ivresse, l’enfant apparaît et se glisse dans les bras de sa mère. Mais la chère vision s’efface à mesure que l’ivresse se dissipe. Et la mère boit, boit toujours, oubliant dans l’anéantissement de ses facultés toute la douleur de vivre.

 

Pour découvrir toute la programmation de la fondation, consultez la frise chronologique ci-dessus.