24/08/2017

La Fondation en famille

Reprises des activités à destination des enfants à partir du 29 septembre 2018.

 

Raconte-moi la pellicule

Le passage au tout numérique dans le domaine des techniques cinématographiques ne doit pas faire oublier que le cinéma est né d'un support argentique emprunté à la photographie : la pellicule. Pour que les images puissent s’animer sur un écran, cette bande souple et transparente suivait un parcours bien précis, de sa fabrication à son chargement dans les projecteurs. Bientôt, la pellicule aura totalement disparu des cabines de projection. Garder en mémoire son histoire facilite la compréhension des origines du cinéma.

L’atelier propose aux enfants la découverte de la matière « pellicule ». Après un peu d’histoire, ils joueront les cinéastes en herbe en manipulant des caméras et projecteurs Pathé-Baby, dont la simplicité a fait rentrer le cinéma dans les salons au début du XXème siècle, bien avant la télévision. L'atelier se termine par une courte projection de films muets en ciné-concert. 

A partir de 8 ans

Durée : 1h30/1h45

La projection est accompagnée au piano par les élèves de la classe d'improvisation de Jean-François Zygel, en partenariat avec le Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris.

 

Tout en couleurs

Dès sa naissance, le cinéma a cherché à se peindre aux couleurs de la vie. De multiples expérimentations ont été menées - du coloriage à même la pellicule - à la coloration au pochoir, en passant par le teintage ou le virage…, pour améliorer l’illusion de réalité, éblouir toujours plus le public et recréer devant lui un monde imaginaire et enchanteur.

L’atelier propose aux jeunes enfants de colorier des images sur pellicule, en utilisant les dispositifs hors du commun qui ont donné de la couleur aux premiers films « noir et blanc ». L'atelier se termine par une courte projection de films muets en ciné-concert

A partir de 5 ans

Durée : 1h30/1h45

La projection est accompagnée au piano par les élèves de la classe d'improvisation de Jean-François Zygel, en partenariat avec le Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris.