3/09/2019

What a Buster... Keaton !

Du 19 octobre au 02 novembre 2019

 

Pour les vacances de la Toussaint, la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé offre à ses spectateurs un cocktail explosif où « l’homme qui ne rit jamais » se tort dans tous les sens et enchaîne les gags. Attention… Buster Keaton et ses cascades vont secouer le grand écran !

La dégringolade, Buster Keaton en fait son métier. À l’âge de six mois, il tombe du haut d’un escalier et le magicien Harry Houdini le baptise « Buster (gros malin) ». La Légende est née ! 

Dès l’âge de 3 ans, Buster Keaton rejoint ses parents sur scène dans un numéro de vaudeville familial. Vingt ans plus tard, c’est sa rencontre avec Roscoe « Fatty » Arbuckle qui lance sa carrière au cinéma à une époque où toutes les excentricités sont permises. Ensemble, les deux amis osent les folies les plus périlleuses. Pour la première fois à l’écran, (The Butcher Boy) ils se salissent avec de la mélasse, se jettent de lourds sacs remplis de farine à la figure et finissent par trébucher en provoquant un joyeux chaos. La troupe déménage à Hollywood en 1917. Sous le soleil de la Californie, Buster parvient à décrocher un rôle pour son père dans les comédies de Fatty (Good Night Nurse et Out West). Reprenant devant la caméra leur duo d’autrefois, Joe Keaton retrouve toute sa vigueur pour envoyer valdinguer son fils comme un pantin de bois désarticulé.

En 1922, le maître du slapstick déclenche l’hilarité à travers les États-Unis et réalise ses premiers longs métrages.

 

Au cours de ce cycle, la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé projettera Our Hospitality, son deuxième long métrage réalisé en 1923, récemment restauré par Lobster.

 

Également au programme : The Bell Boy (1918), Back Stage (1919), One Week (1920), The Balloonatic (1923), Coney Island (1917), The Electric House (1922), Day Dreams (1922), Neighbors (1920), The Haunted House (1921), Convict 13 (1920), The Blacksmith (1922), Oh, Doctor! (1917), His Wedding Night (1917), Cops (1922), The Garage (1919)…