2/01/2018

Séances évènements Âme hindoue suivi de Prem Sanyas

Le Musée national des arts asiatiques-Guimet et la Fondation Jérôme Seydoux Pathé s'associent pour proposer une rétrospective commune du 3 janvier au 4 février 2018, intitulée "Exotiques". Ce cycle se propose de parcourir les différentes images de l'exotisme que donne à voir le cinéma des premiers temps.  Une vision de l'Extrême-Orient qui fascine les cinéastes et qui oscille entre fantasmes magiques et désir d'exploration. Enfin, des films qui se teintent ici ou là d'enjeux politiques, entre péril jaune, japonisme et colonisation. 

A l'occasion de ce cycle nous avons le plaisir d'accueillir Henri Tournier*, spécialiste du bansuri et professeur d'improvisation modale et de musique indienne au CNSMDP, qui accompagnera la séance en duo avec Camille El Bacha**, élève de la classe d'improvisation au piano de Jean-François Zygel, en partenariat avec le Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, le samedi 13 janvier à 16h30 et le mardi 30 janvier à 19h.

 

L’Âme hindoue d’Alfred Chaumel - 1929 (26min)

Synopsis : Aspects multiples et variés de l'Inde : l'omniprésence de la religion à travers les temples et les divinités; les danses des bayadères; la faune; les traditions séculaires; le Gange; la Ville sainte, Bénarès; la vie dans l'au-delà.

Le film est projeté en 35mm. Film restauré par le CNC / Collection Cinémathèque Robert Lynen - Ville de Paris.

 

suivi de 

 

Prem Sanyas (The Light of Asia)  – 1925 (1h35)

Réalisation : Franz Osten et Himansu Rai

Scénario : Niranjan Pal d'après le poème The Light of Asia d'Edwin Arnold 

Prises de vue : Josef Wirsching, Willi Kiermeier

Avec : Himansu Rai, Seeta Devi, Sarada Ukil, Rani Bala, Prafulla Roy.

Synopsis : Avec une troupe de théâtre indienne, les réalisateurs évoquent la jeunesse de Bouddha zet donnent à voir un pays où le réel et le mythe ne font qu’un.

Le film est projeté en 35mm, la copie provient du BFI. 

 

*Grand spécialiste occidental du bansuri, Henri Tournier fait partie de ces musiciens fascinés par la musique de l’Inde, et qui en sont devenus, après un long parcours, les ambassadeurs passionnés. Il explore depuis des décennies les possibilités de cet instrument autant dans son contexte, celui de la musique classique de l’Inde du nord, que dans celui des musiques du monde et celui de la musique contemporaine occidentale. C’est Roger Bourdin, flûtiste soliste légendaire de la flûte traversière, qui lui transmet sa passion pour l’improvisation, et c’est l’improvisation qui le porte vers Pandit Hariprasad Chaurasia. Il suit son enseignement, et devient son assistant puis professeur invité au Conservatoire Rotterdam-Codarts depuis plus de vingt-cinq années. Henri Tournier a construit son propre langage d’improvisateur et de compositeur sous le prisme des bansuris et celui des flûtes traversières occidentales. Il multiplie les expériences musicales, rencontres et enregistrements sur la scène internationale. En 2016 il est nommé professeur d'improvisation modale et de musique indienne au CNSMDP. 

**Pianiste interprète, improvisateur et compositeur, Camille El Bacha commence le piano à l’âge de huit ans. Depuis septembre 2014, il développe son univers musical avec Jean-François Zygel dans la classe d'improvisation au piano du Conservatoire de Paris (CNSMDP). Invité à des festivals de renom (Festival Chopin, Piano-Passion, Festival de Colmar, Les Musicales du Luberon …), Camille El Bacha se produit également en ciné-concert, notamment à la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé et à la Cinémathèque Française. 

 

Acheter vos billets