JUILLET
  • JEU
    18
    JUILLET
  • VEN
    19
    JUILLET
  • SAM
    20
    JUILLET
  • DIM
    21
    JUILLET
  • LUN
    22
    JUILLET
  • MAR
    23
    JUILLET
  • MER
    24
    JUILLET
  • JEU
    25
    JUILLET
  • VEN
    26
    JUILLET
  • SAM
    27
    JUILLET
  • DIM
    28
    JUILLET
  • LUN
    29
    JUILLET
  • MAR
    30
    JUILLET
  • MER
    31
    JUILLET
  • JEU
    1
    AOUT
  • VEN
    2
    AOUT
  • SAM
    3
    AOUT

PROJECTIONS

Salle Charles Pathé

Dim. 11 Mars 2018 à 15h15

Dim
11
MARS
15h15
Picadilly, Ewald André-Dupont - 1929 (1H50) présenté par Laurent Husson

La Fondation Jérôme Seydoux-Pathé accueille la 6ème édition du Festival international du film restauré de la Cinémathèque française TOUTE LA MEMOIRE DU MONDE du 7 au 11 mars 2018. La séance est accompagnée au piano par un élève de la classe d’improvisation de Jean-François Zygel, en partenariat avec le Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris.

 

 

 

 


Séance présentée par Laurent Husson*

Piccadilly, Ewald André Dupont - 1929 (1h50) 

 

Réalisation : Ewald André Dupont

Scénario : Arnold Bennett

Production : British International Pictures 

Photographie : Werner Brandes

Interprètes : Gilda Gray, Anna May Wong, Jameson Thomas, Cyril Ritchard

Royaume-Uni, noir et blanc

 

Pour sauver son établissement de la faillite, le propriétaire d'un night-club londonien offre à une modeste employée de cuisine d'origine chinoise, belle et ambitieuse, de devenir danseuse-vedette.

 

Dans l'œuvre du cinéaste allemand Ewald André Dupont, le milieu du spectacle est une façade luxueuse et frivole dont les coulisses sont le théâtre des plus sombres tragédies amoureuses.

Piccadilly est le second – et dernier – long métrage muet tourné par le réalisateur en Angleterre, et peut être considéré comme la troisième partie d'un triptyque réunissantVarieté (1925, son chef-d'œuvre) et Moulin Rouge (1928). L'ivresse provoquée par la fête, la danse, les tourments de l'âme est une nouvelle fois magistralement rendue par Dupont, qui poursuit avec le chef-opérateur Werner Brandes son travail de libération de la caméra à travers d'audacieux mouvements d'appareil.

Le film met en scène la relation triangulaire principale entre un directeur de night-club, sa première danseuse et maîtresse, dont le succès public est remis en question après le départ de son partenaire de show, et une modeste laveuse de vaisselle d'origine chinoise, danseuse amateur au charme aussi naturel que dangereux. Dans ce dernier rôle éclate la photogénie de l'actrice sino-américaine Anna May Wong, qui défia les codes de son temps par son jeu, son érotisme et son refus des représentations stéréotypées – refus qui l'obligea à quitter les États-Unis pour trouver une plus grande liberté artistique en Europe. Le film de Dupont tend un étonnant miroir à ce parcours unique, tirant parti de l'exotisme de ce personnage tout en pointant sans détour la ségrégation raciale ordinaire. En suivant l'histoire de ce personnage hors du commun,Piccadilly offre en outre une plongée dans les quartiers populaires de Limehouse, inspirée de l'œuvre littéraire de Thomas Burke (adaptée par D. W. Griffith dans Le Lys brisé en 1919) et de ses représentations du premier Chinatown londonien.

Laurent Husson

 

 

Ewald André Dupont (1891-1956)
D'abord critique de cinéma, il se lance en 1918 dans une prolifique carrière de cinéaste qui culmine, en Allemagne, avec son chef-d'œuvre : Varieté (1925). Essuyant un échec aux États-Unis, c'est en Angleterre qu'il signera ses derniers films muets, Moulin Rouge(1928) et Piccadilly (1929), magnifiques variations autour de son thème fétiche des coulisses du spectacle. Pionnier du cinéma sonore, sa carrière périclitera inexorablement lors de son retour en Allemagne puis aux États-Unis, ne parvenant plus à renouer avec le style de ses meilleures œuvres muettes.

 

* Laurent Husson est enseignant aux Universités Sorbonne Nouvelle - Paris 3 et Paris 8 Vincennes-Saint-Denis. Doctorant en histoire du cinéma, ses travaux de recherche, dirigés par Laurent Véray, portent sur l’histoire de l’édition de cinéma en France, et plus particulièrement sur l’émergence des collections de cinéma dans l’après-guerre. Son mémoire de Master était consacré à Gabriel Veyre et à la reconnaissance contemporaine de son œuvre par le cinéaste Kijû Yoshida.

 

Pour consulter toute la programmation de la 6ème édition du Festival International du film restauré de la Cinémathèque française "Toute la mémoire du monde", cliquer ici !

Lien vers la bande annonce

 

Le film est projeté en DCP, en provenance du BFI National Archive.

 

-------------------

ATTENTION : la capacité d'accueil de la salle Charles Pathé est de 66 places.

Vous pouvez acheter vos billets en ligne ou à l'accueil de la Fondation dès à présent.

Tarif plein : 6,50€

Tarif réduit : 4€ (Détenteurs de la Carte de fidélité de la Fondation, Carte du Festival, de la Filmothèque, Christine 21, Libre Pass de La Cinémathèque, la carte UGC et Pass Gaumont, partenaires FIAF, -26 ans)

Pour découvrir toute la programmation de la fondation, consultez la frise chronologique ci-dessus.

POUR TÉLÉCHARGER LE PROGRAMME COMPLET, CLIQUER ICI !
Télécharger >