JUILLET
  • LUN
    15
    JUILLET
  • MAR
    16
    JUILLET
  • MER
    17
    JUILLET
  • JEU
    18
    JUILLET
  • VEN
    19
    JUILLET
  • SAM
    20
    JUILLET
  • DIM
    21
    JUILLET
  • LUN
    22
    JUILLET
  • MAR
    23
    JUILLET
  • MER
    24
    JUILLET
  • JEU
    25
    JUILLET
  • VEN
    26
    JUILLET
  • SAM
    27
    JUILLET
  • DIM
    28
    JUILLET
  • LUN
    29
    JUILLET
  • MAR
    30
    JUILLET
  • MER
    31
    JUILLET

PROJECTIONS

Salle Charles Pathé

Sam. 07 Mars 2015 à 13h00

Sam
07
MARS
13h00
Séance spéciale LES MISERABLES - 1ère et 2ème époque (3h18)

« Les Misérables » d’Henri Fescourt (1925) dans sa version restaurée.

Suite au succès de la projection du film LES MISÉRABLES d’Henri Fescourt au Théâtre National de Toulouse, le 13 décembre 2014, la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé propose à ses spectateurs de découvrir le film en exclusivité, à Paris, dans son intégralité et dans sa version restaurée.

La Fondation Jérôme Seydoux-Pathé présentera « Les Misérables » d’Henri Fescourt en 4 parties tout au long des deux semaines et les samedis 7 et 14 Mars en séances spéciales, où le film sera projeté dans son intégralité (6 heures de projection).

 

 

LES MISERABLES (France, 1925)

Genre : scène dramatique en quatre époques d’après le célèbre roman de Victor Hugo

Production : Société des Cinéromans – Les Films de France

Edition : Pathé Consortium Cinéma

Réalisation : Henri Fescourt

Interprètes : Sandra Milowanoff, Gabriel Gabrio, Jean Toulout, Renée Carl, Suzanne Nivette, Renée Carl, Georges Saillard, Andrée Rolane, Jeanne Marie-Laurent, Clara Darcey-Roche, Sylviane de Castillo, Marcelle Barry, Jeanne Méa, François Rozet, Charles Badiole, Paul Jorge, Henri Maillard, Paul Guidé, Victor Dujeu, Luc Dartagnan, Émilien Richaud, Gilbert Dacheux

 

1ère époque – 1H46 – Prologue et Fantine

Libéré du bagne, après 19 ans de rétention pour avoir volé du pain, Jean Valjean est alors âgé de quarante-six ans et porte toute la rancœur du monde en lui. La seule personne qui lui ouvre sa porte et lui offre l'hospitalité pour la nuit est l'évêque de Digne, Monseigneur Myriel auquel il dérobe cependant son argenterie avant de s'enfuir au lever du jour. Appréhendé par les gendarmes, Valjean est innocenté par l'évêque qui affirme lui avoir fait don de cette argenterie, notamment de deux chandeliers qu'il aurait oublié d'emporter. Cet extraordinaire dévouement bouleverse tellement Valjean que, plongé dans une profonde réflexion et assis dans un chemin de campagne, il s'empare par mégarde d'une pièce de quarante sous qu'un petit ramoneur a laissé tomber. Cet incident amène la police à ficher Valjean comme récidiviste en rupture de ban. Ce sera son dernier méfait envers la société, car la magnanimité de l'évêque le conduit désormais à se dévouer à son prochain. Plusieurs années après, sous le nom de Monsieur Madeleine, il fonde une fabrique de verroterie qui relance l'économie de la petite ville de Montreuil-sur-mer dans le Nord de la France. Il y instaure aussi des aides caritatives et recueille Fantine, une pauvre mère séduite et abandonnée, sans travail, sans le sou et malade. Au chevet de Fantine, Jean Valjean lui promet de retrouver sa fille Cosette et de veiller sur elle.

 

2ème époque - 1H32 - Cosette

Etabli dans le Pas-de-Calais sous le nom de M. Madeleine, Jean Valjean s’enrichit honnêtement. Mais le commissaire Javert, homme d‘éthique et de principes, soupçonne la double identité de l’homme et ne cesse de le traquer. Pour innocenter un indigent, que le policier Javert accuse d'être Jean Valjean, ce dernier révèle son identité en plein tribunal. Jean Valjean est renvoyé au bagne mais arrive à s’en échapper. Sa cavale l’amène par hasard chez les Thénardier. Il y reconnait Cosette, la fille de Fantine, que celle-ci avait naïvement confiée au terrible couple de malfrats. Jean Valjean poursuit sa fuite, arrachant la petite Cosette des griffes des aubergistes.  Une nouvelle vie commence pour Cosette et Jean Valjean.

Séance exceptionnelle accompagnée au piano par Karol Beffa.

En partenariat avec la Cinémathèque de Toulouse, dans le cadre de la 9ème édition du festival Zoom Arrière (6 - 14 mars 2015)

Tarif exceptionnel :

- 1 séance : 8 € (Tarif plein) - 6 € (Tarif réduit)

- 2 séances : 16 € (Tarif plein) - 12 € (Tarif réduit)

 

Pour découvrir toute la programmation de la fondation, consultez la frise chronologique ci-dessus.