JUILLET
  • DIM
    14
    JUILLET
  • LUN
    15
    JUILLET
  • MAR
    16
    JUILLET
  • MER
    17
    JUILLET
  • JEU
    18
    JUILLET
  • VEN
    19
    JUILLET
  • SAM
    20
    JUILLET
  • DIM
    21
    JUILLET
  • LUN
    22
    JUILLET
  • MAR
    23
    JUILLET
  • MER
    24
    JUILLET
  • JEU
    25
    JUILLET
  • VEN
    26
    JUILLET
  • SAM
    27
    JUILLET
  • DIM
    28
    JUILLET
  • LUN
    29
    JUILLET
  • MAR
    30
    JUILLET

PROJECTIONS

Salle Charles Pathé

Mer. 29 Avril 2015 à 14h00

Mer
29
AVRIL
14h00
Les bas-fonds

LE CRIME A L'ECRAN - 22 Avril au 16 Juin 2015

La Belle Epoque est friande de récits criminels. La presse populaire et les affiches, les théâtres et l’édition bon marché en servent régulièrement leur lot au public. C’est une matière pleine d’action et de sensations fortes, ancrée dans la réalité quotidienne, dont va aussi s’inspirer le cinéma. Toutes les histoires ont en commun un certain imaginaire, lointainement issu des Mystères de Paris d’Eugène Sue, où le crime révèle la face cachée de la société bourgeoise triomphante : un monde souterrain inquiétant, menaçant. Les histoires de crimes ont pour raison d’être de dramatiser la vie dans la grande ville. Ainsi les premiers films criminels contiennent-ils quelques-unes des plus remarquables séquences qui aient été tournées en extérieur dans les rues de Paris et de sa banlieue. Il faudra la guerre pour couper court à cet imaginaire de la criminalité très ancré dans le XIXe siècle.

C’est au travers d’une trentaine de films, courts et longs métrages, que la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé se propose de revenir aux tous débuts d’un genre cinématographique encore très prisé aujourd’hui , et de faire revivre au public les frissons des spectateurs d’il y a cent ans.

 

Les bas fonds (46’)

 

Les voleurs d’enfants (1905) - 7’ - (35 mm)

Production : Pathé Frères

Résumé : L'enfant d'une famille aisée se fait enlever. Ses ravisseurs le contraignent à mendier et à voler. Un soir, l'enfant empêche les bandits d'agresser un homme. Celui-ci s'avère être son père qui tue le bandit et reconnaît son fils. Les policiers arrêtent les malfaiteurs.

 

Les dessous de Paris (1906) - 6’ - (35 mm)

Production : Pathé Frères

Réalisation : Lucien Nonguet

Résumé : Scène dramatique en huit tableaux illustrant magistralement la vie inconnue des bas-fonds de la capitale. Elle montre à l'œuvre les redoutables apaches, terreur des habitants de Paris.

 

L’empreinte ou la main rouge (1908) - 23’ - (35 mm)

Réalisation : Henri Burguet

Production : Le Film d’Art

Interprètes : Max Dearly, le mime Séverin, Henri Etiévant, Alphonse Dieudonné, Paul Henry Burguet, Degeorge, Mistinguett

Résumé : Ce drame puissant est joué par Mr Séverin, le grand mime, en compagnie d’une troupe de remarquables artistes et conte une histoire très intéressante sur les dessous de la vie parisienne.

 

Les voleurs incendiaires (1907) - 10’ - (35 mm)

En provenance du Théâtre Forain Morieux

Production : Pathé Frères

Résumé : Ils sont toute une bande, aux carrures terribles, accoudés à boire dans une sorte de repaire sombre, parlant bas, serrés les uns contre les autres comme des conspirateurs. Ils atteignent un paisible village breton et vont de chaumière en chaumière quêter un morceau de pain.

 

Les films sont accompagnés au piano par Nicolas Worms, élève de la classe d'improvisation au piano de Jean-François Zygel, en partenariat avec le Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris.

 

En partanariat avec L'exposition "CINEMA PREMIERS CRIMES" qui se tiendra du 17 avril au 2 Août 2015 à la Galerie des Bibliothèques de la Ville de Paris. Plus d'informations sur http://www.paris-bibliotheques.org/expositions/premiers-crimes/

 

Pour découvrir toute la programmation de la fondation, consultez la frise chronologique ci-dessus.