MAI
  • JEU
    16
    MAI
  • VEN
    17
    MAI
  • SAM
    18
    MAI
  • DIM
    19
    MAI
  • LUN
    20
    MAI
  • MAR
    21
    MAI
  • MER
    22
    MAI
  • JEU
    23
    MAI
  • VEN
    24
    MAI
  • SAM
    25
    MAI
  • DIM
    26
    MAI
  • LUN
    27
    MAI
  • MAR
    28
    MAI
  • MER
    29
    MAI
  • JEU
    30
    MAI
  • VEN
    31
    MAI
  • SAM
    1
    JUIN

PROJECTIONS

Salle Charles Pathé

Mar. 20 Mars 2018 à 15h00

Mar
20
MARS
15h00
Les Finances du Grand Duc, Friedrich Wilhelm Murnau – 1924 (1h20)

La Fondation Jérôme Seydoux-Pathé et le Festival L'Europe autour de l'Europe s'associent pour présenter les chefs-d’œuvre incontournables du cinéma allemand des années 1920. Après avoir inspiré Hollywood, le Film Noir, Les Nouvelles vagues et les anti-héros des années soixante, cette décennie prodigieuse du cinéma muet continue aujourd’hui d’influencer les cinéastes. Cette période fera du cinéma allemand le meilleur d'Europe. La séance est accompagnée au piano par un élève de la classe d’improvisation de Jean-François Zygel, en partenariat avec le Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris.

 

 

Les Finances du Grand Duc (Die Finanzen des Großherzogs) de Friedrich Wilhelm Murnau – 1924 (1h20)

 

Réalisation et scénario : Murnau et Thea von Harbou

Chef-opérateur : Karl Freund et Franz Planer

Production : Erich Pommer

Avec : Harry Liedtke, Mady Christians, Guido Herzfeld, Hermann Vallentin, Alfred Abel, Adolf Engers, Illka Grüning, Julius Falkenstein
 

Synopsis : Au début du XXème siècle, un Grand-Duc se retrouve sans le sou. Aussi généreux et distrait soit-il, un créancier le menace et conspire pour le renverser.
Le film est une des rares comédies de Murnau.

« Le sens de Murnau pour la comédie ou l'ironie apparaît dans certains films à redécouvrir : Schloss Vogelöd, Die Finanzen des Grobherzogs. La netteté de leur construction, leur légèreté de ton, préparent au chef-d'oeuvre suivant, qui n'a pas le retentissement mondial du Dernier des hommes mais le surpasse sans doute. Tartüff. » Bernard Eisenschitz, Le Cnéma allemand, Armand Colin.

 

Friedrich Wilhelm Murnau est né en 1888, à Bielefeld, une importante cité de la Rhénanie du Nord. Il poursuit des études universitaires à Berlin (1908/1911), alternées par des voyages en Europe (France, Suisse, etc.). Parallèlement, à l’insu de ses parents, il s’engage dans la troupe du Deutsches Theater de Max Reinhardt, participant, sous un nom d’emprunt (Murnau, en relation avec la cité homonyme), à quelques représentations. La Première Guerre Mondiale éclate, il sera capturé et interné. Libéré en 1919, Friedrich rentre à Berlin où il se dirige définitivement vers la mis en scène de théâtre et l’art cinématographique. Fondateur de la société « Murnau Veidt Filmgesellschaft » (1919), il réalise ses premiers films, réunissant peu à peu autour de lui une équipe talentueuse et fidèle : les acteurs Conrad Veidt, Alfred Abel, Werner Krauss, les scénaristes Carl Mayer, Thea Von Harbou, les photographes Fritz Arno Wagner, Karl Freund, Carl Hoffmann, le décorateur Robert Herlth, etc. Il tourne Nosferatu en 1922 et Faust en 1926. En 1926, le producteur américain William Fox engage Friedrich Wilhelm Murnau et le fait venir à Hollywood, où il tournera trois films, dont l’un, L’Aurore (1927), est considéré comme un chef-d’œuvre du cinéma mondial. En 1931, Tabou sera son dernier film, il meurt dans un accident de voiture en Californie. Près de la moitié des films de Friedrich Wilhelm Murnau est considérée comme perdue. 

 

Le film est projeté en version numérique, la copie provient de la Murnau Stiftung.

Pour découvrir toute la programmation de la fondation, consultez la frise chronologique ci-dessus.

POUR TÉLÉCHARGER LE PROGRAMME COMPLET, CLIQUER ICI !
Télécharger >