MAI
  • SAM
    18
    MAI
  • DIM
    19
    MAI
  • LUN
    20
    MAI
  • MAR
    21
    MAI
  • MER
    22
    MAI
  • JEU
    23
    MAI
  • VEN
    24
    MAI
  • SAM
    25
    MAI
  • DIM
    26
    MAI
  • LUN
    27
    MAI
  • MAR
    28
    MAI
  • MER
    29
    MAI
  • JEU
    30
    MAI
  • VEN
    31
    MAI
  • SAM
    1
    JUIN
  • DIM
    2
    JUIN
  • LUN
    3
    JUIN

PROJECTIONS

Salle Charles Pathé

Sam. 10 Mars 2018 à 11h00

Sam
10
MARS
11h00
High Treason (Point ne tueras), Maurice Elvey - 1929 (1h15) présenté par Laurent Husson

La Fondation Jérôme Seydoux-Pathé accueille la 6ème édition du Festival international du film restauré de la Cinémathèque française TOUTE LA MEMOIRE DU MONDE du 7 au 11 mars 2018. La séance est accompagnée au piano par un élève de la classe d’improvisation de Jean-François Zygel, en partenariat avec le Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris. 

 

 

 

 


Séance présentée par Laurent Husson*

High Treason (Point ne tueras), Maurice Elvey  - 1929 (1h15)

 

Réalisation : Maurice Elvey

Scénario : L’Estrange Fawcett, d’après une pièce de Noel Pemberton Billing

Production : Gaumont British Picture Corporation

Photographie : Percy Strong

Interprètes : Benita Hume, Humberston Wright, Jameson Thomas

Royaume-Uni, noir et blanc,

Résumé :

En l'an 1950, un Major de l'armée de l'air et sa fiancée, fille du dirigeant de la Ligue mondiale de la Paix, font face au déclenchement imminent d'une nouvelle guerre internationale.

 

High Treason est l'un des tous premiers longs métrages sonores britanniques. Produit par la Gaumont British Picture Corporation, le film est exploité dans une version sonore utilisant le procédé British Acoustic, qui nécessite deux projecteurs différents pour l'image et le son ; il est également présenté la même année dans une version muette (qui situe l'intrigue en l'an 1950).

Le film de Maurice Elvey, adapté d'une pièce de Pemberton Billing (auteur tristement célèbre pour ses théories « complotistes »), est généralement présenté comme une réponse au Metropolis de Fritz Lang (1927). Les importantes ressemblances entre ces deux films, aussi bien thématiques que formelles, ne sont pas fortuites ; le scénariste L'Estrange Fawcett exprima son admiration pour ce film dans un essai paru en 1927, intitulé Films : Facts and Forecasts, tandis que la dimension futuriste fut considérablement développée au regard de la pièce d'origine, grâce notamment au travail du directeur artistique Andrew Mazzei. Si les gratte-ciels du Londres et du New York de 1950 renvoient immédiatement à la cité imaginaire de Metropolis, High Treason partage également sa construction narrative selon des schémas binaires (États-Unis contre Europe, Ligue mondiale de la Paix contre Armée de l'air, forces armées féminines contre masculines), tandis que la figure d'un groupement espion, susceptible de faire basculer l'ordre du monde, rappelle quant à elle les grands thrillers de Lang.

High Treason fut conçu comme un projet européen susceptible de faire face, à l'instar de Metropolis, à l'hégémonie américaine – une « guerre froide » cinématographique dont on peut voir dans cette intrigue une sorte de métaphore...

 

Laurent Husson

 

 

Maurice Elvey (né William Seward Folkard, 1887-1967)
Cinéaste aux origines modestes, il possède la carrière la plus longue et prolifique du cinéma britannique, signant près de deux cents réalisations entre 1913 (The Fallen Idol) et 1957 (Second Fiddle). Son importante productivité et son éclectisme dans les genres abordés furent longtemps considérés comme la marque d'un manque de personnalité, conférant à Elvey un statut d'habile faiseur qui fit ombrage à des réalisations (notamment son œuvre muette) dont l'importance dans l'histoire du cinéma anglais est aujourd'hui réévaluée.

 

* Laurent Husson est enseignant aux Universités Sorbonne Nouvelle - Paris 3 et Paris 8 Vincennes-Saint-Denis. Doctorant en histoire du cinéma, ses travaux de recherche, dirigés par Laurent Véray, portent sur l’histoire de l’édition de cinéma en France, et plus particulièrement sur l’émergence des collections de cinéma dans l’après-guerre. Son mémoire de Master était consacré à Gabriel Veyre et à la reconnaissance contemporaine de son œuvre par le cinéaste Kijû Yoshida.

 

Pour consulter toute la programmation de la 6ème édition du Festival International du film restauré de la Cinémathèque française "Toute la mémoire du monde", cliquer ici !

Lien vers la bande annonce

 

 

Le film est projeté en copie 35mm, en provenance du British Film Institute. Le film est distribué par Park Circus.

 

 

-------------------

ATTENTION : la capacité d'accueil de la salle Charles Pathé est de 66 places.

Vous pouvez acheter vos billets en ligne ou à l'accueil de la Fondation dès à présent.

Tarif plein : 6,50€

Tarif réduit : 4€ (Détenteurs de la Carte de fidélité de la Fondation, Carte du Festival, de la Filmothèque, Christine 21, Libre Pass de La Cinémathèque, la carte UGC et Pass Gaumont, partenaires FIAF, -26 ans)

Pour découvrir toute la programmation de la fondation, consultez la frise chronologique ci-dessus.