27/05/2017

EN AVANT LA MUSIQUE !

DU 21 JUIN AU 8 JUILLET 2017

Peut-on entendre avec les yeux ? C’est le pari qu’a tenté le cinéma des premiers temps.  Aussi étonnant que cela paraisse, les réalisateurs du muet n’ont pas contourné la difficulté de donner à entendre à travers l’image muette. Ils ont même déployé des trésors d’ingéniosité artistique pour restituer à l’écran l’essence du son, et filer avec la pellicule les arabesques musicales. Leur fascination pour le geste du musicien et la gestuelle du chef d’orchestre n’a d’égale que l’intensité avec  laquelle ils ont mis en scène le corps d’une danseuse. Musiciens et danseuses bougent pour réveiller sous nos yeux les musiques assoupies de notre imaginaire. Ils n’ont pas besoin de bien jouer ou de bien danser, mais c’est parce que leurs gestes sont admirablement captés par la caméra que la musique est belle.

Pour lancer la Fête de la musique, la Fondation Jérôme Seydoux Pathé a regroupé dans un cycle, une sélection de films sur le thème de la musique et de la danse au temps du cinéma muet.  Y seront présentées, entre autres pépites, toutes les expérimentations qui ont été menées pour doter la pellicule d’une bande son dès l’invention du cinéma : les premiers phono scènes* de Léon Gaumont ou le phono cinéma théâtre*.

Comme le veut la tradition à la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé, les films muets sont accompagnés au piano par les élèves de la classe d'improvisation de Jean François Zygel, en partenariat avec le Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris.

_______________________________________________________________________

*Phono scènes est l'appellation donnée par l'industriel Léon Gaumont à des films de cinéma synchronisés à des enregistrements phonographiques selon le procédé du Chronophone mis au point par Georges Demenÿ. Ce sont parmi les premiers exemples de films musicaux.

*Le Phono-Cinéma-Théâtre est un système de projection cinématographique développé à la fin du XIXe siècle . Il consistait à synchroniser les voix des acteurs, enregistrées sur un phonographe à cylindre, aux images projetées. Il permit notamment la présentation de courts métrages lors de l'exposition universelle de 1900, à Paris. C'est lors de cette exposition que la première présentation publique de films alliant images et son eut lieu.