NOV
  • MAR
    14
    NOV
  • MER
    15
    NOV
  • JEU
    16
    NOV
  • VEN
    17
    NOV
  • SAM
    18
    NOV
  • DIM
    19
    NOV
  • LUN
    20
    NOV
  • MAR
    21
    NOV
  • MER
    22
    NOV
  • JEU
    23
    NOV
  • VEN
    24
    NOV
  • SAM
    25
    NOV
  • DIM
    26
    NOV
  • LUN
    27
    NOV
  • MAR
    28
    NOV
  • MER
    29
    NOV
  • JEU
    30
    NOV

PROJECTIONS

Salle Charles Pathé

Ven. 10 Juin 2016 à 15h00

Ven
10
JUIN
15h00
Carmen (170') 1925 présentée par Céline Azartian
 

 

 

L'AVENTURE ALBATROS la suite...

 

 

 

 

 

En collaboration avec la Cinémathèque française

du 1er juin au 5 juillet 2016 

Face au succès rencontré en tout début d’année 2016,  à l’occasion d’un premier cycle consacré aux productions ALBATROS, la Fondation Jérôme Seydoux – Pathé et la Cinémathèque Française ont choisi de remettre un coup de projecteur sur cette période très fertile de l’histoire du cinéma. 

Un peu d’histoire

Joseph N. Ermolieff, né en 1889, a été embauché en 1907 par la filiale moscovite de Pathé. D’abord projectionniste, puis directeur, il finit par créer sa propre compagnie, la Société Ermolieff.

Fuyant la nationalisation du cinéma par les bolcheviks, Ermolieff arrive à Paris en 1920. Là, il reprend contact avec Pathé, qui lui loue un hangar à Montreuil.  Puis, il s’associe à Alexandre Kamenka, homme d’affaires russe arrivé en France en 1918. La Russie est alors à la mode, et les deux  hommes profitent de la veine orientaliste pour montrer au public ce que l’on attend d’eux ; un univers rempli de princesses, de tsarines, où le Japon se mêle à l’Arabie, à la Chine ou à la Russie. Le succès est immédiat.

En 1922, Ermolieff et Kamenka se séparent.  Les Films Ermolieff  deviennent les Films Albatros que dirigera Alexandre Kamenka. Ce dernier privilégie le travail des émigrés russes installés en France (Volkoff, Mosjoukine, Tourjansky...) mais cherche aussi à accueillir une nouvelle génération d’auteurs, considérés comme avant-gardistes. Il s’ouvre alors à de grands metteurs en scène français. Se voyant offrir des moyens techniques et financiers qui le font sortir de sa démarche expérimentale, Jean Epstein y réalisera plusieurs longs métrages. De même pour Marcel L’Herbier qui signe un grand succès de la société, Feu Mathias Pascal, avec un Michel Simon débutant. René Clair vient également utiliser les caméras du studio de Montreuil….Sous la verrière, les techniciens parlent toutes les langues, les cinéastes sont français, les acteurs russes, les figurants ou décorateurs viennent de toute l’Europe.

Mais, dès le milieu des années 1920, l’Albatros est à la peine face au cinéma commercial hollywoodien. L’arrivée du parlant à partir de 1927 signe la mort de la société. Alexandre Kamenka produira néanmoins les Bas-Fonds de Jean Renoiravec Jean Gabin et Louis Jouvet en 1936.

Séance présentée par Céline Azartian*

LES COLLABORATIONS AVEC LES CINEASTES FRANCAIS

Avec Jacques Feyder 

CARMEN - (169') 1925

Réalisateur : Jacques Feyder

Scénariste : Jacques Feyder

Société de production : Films Albatros 

Distributeur d'origine : Films Armor 

Genre : Aventure - drame  

Interprètes : Raquel Meller (Carmen), Gaston Modot (Garcia le borgne), Guerrero de Xandoval (Lucas), Roy Wood (l'officier anglais), Pedro de Hidalgo (Remendado), Luis Bunuel (un contrebandier), Georges Lampin (un contrebandier), Charles Morat (un officier), Joaquim Peindo (un guitariste), Hernando Vines (un guitariste), Arthur Duarte, Louis Lerch (Don José Lizarrabengoa), Victor Vina (le Doncaïre), Andrée Canti (la mère de Don José), Jean Murat (le lieutenant), Charles Barrois (Lillas Pastia), Raymond Guérin-Catelain (le duc d'El Chorbas)

Résumé : Carmen, ravissante gitane de Séville, est la maîtresse du contrebandier Garcia Le borgne. Un jour, au cours d’une violente dispute, elle blesse une ouvrière à la Manufacture royale de tabacs où elle travaille et espionne pour le compte de son amant. Don José, le brigadier venu l’arrêter et chargé de la conduire en prison tombe sous son charme et la laisse s’enfuir. Fou d’amour pour elle, il manque à son devoir et séjourne en prison. A sa sortie, l’histoire d’amour mouvementée se poursuit et prend une tournure dramatique.

*Céline Arzatian est doctorante en études cinématographiques et audiovisuelles à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3. Elle prépare une thèse sur « Les rapports de la mode et du cinéma en France dans les années vingt » sous la direction de Laurent Véray. Elle travaille également chez Lobster Films dans le cadre d’un contrat CIFRE.

Tous les films du cycle "L'Aventure Albatros (suite)" ont été restaurés par la Cinémathèque française, qui a établi la programmation. 

Le film est projeté à partir d'une copie argentique 35 mm, en provenance de la Cinémathèque française. 

La séance est accompagnée au piano par Emmanuel Birnbaum, fondateur de l'Ecole Française de Piano. 

Pour découvrir toute la programmation de la fondation, consultez la frise chronologique ci-dessus.

Pour télécharger le programme complet, cliquez ICI !
Télécharger >