JUILLET
  • DIM
    14
    JUILLET
  • LUN
    15
    JUILLET
  • MAR
    16
    JUILLET
  • MER
    17
    JUILLET
  • JEU
    18
    JUILLET
  • VEN
    19
    JUILLET
  • SAM
    20
    JUILLET
  • DIM
    21
    JUILLET
  • LUN
    22
    JUILLET
  • MAR
    23
    JUILLET
  • MER
    24
    JUILLET
  • JEU
    25
    JUILLET
  • VEN
    26
    JUILLET
  • SAM
    27
    JUILLET
  • DIM
    28
    JUILLET
  • LUN
    29
    JUILLET
  • MAR
    30
    JUILLET

PROJECTIONS

Salle Charles Pathé

Sam. 17 Mars 2018 à 14h00

Sam
17
MARS
14h00
Berlin, symphonie d’une grande ville, Walter Ruttmann - 1927 (1h)

La Fondation Jérôme Seydoux-Pathé et le Festival L'Europe autour de l'Europe s'associent pour présenter les chefs-d’œuvre incontournables du cinéma allemand des années 1920. Cette période fera du cinéma allemand le meilleur d'Europe. La séance est accompagnée au piano par un élève de la classe d’improvisation de Jean-François Zygel, en partenariat avec le Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris. 

 

Berlin, symphonie d’une grande ville (Berlin: Die Sinfonie de Großstadt) de Walter Ruttmann - 1927 (1h)

 

Réalisation et scénario : Walter Ruttmann et Karl Freund

Chef-opérateur : Reimar Kuntze, Robert Baberske et László Schäffer

Synopsis : Ode au rythme effréné de la vie berlinoise, la caméra saisie le tumulte de cette grande ville à travers les mouvements de la foule, l’activité industrielle et ses machines.

 

La Nouvelle objectivité (Neue Sachlichkeit) marque pour Kracauer : « un état de paralysie. Cynisme, résignation, désillusion : se tendances naissent d'une mentalité peu  encline à s'engager dans une quelconque direction. le trait principal de ce nouveau réalisme est sa répugnance à poser des questions, à prendre parti. La réalité est dépeinte non pas de manière à ce que les faits livrent leurs implications, mais de façon à noyer toutes les implications dans un océan de faits. »

« Berlin, Symphonie d'une grande ville est sans doute le film qui correspond le mieux aux définitions de la Nouvelle Objectivité. Il montre une journée de Berlin par les moyens de la caméra documentaire et du montage. [...] Peintre à l'origine, Ruttmann est influencé par le cinéma soviétique, mais très proche aussi des photographes allemands contemporains (deux d'entre eux, Umbo et Sasha Stone, suivent le film), par exemple dans sa volonté d'énumération et de catalogage, parfois pataude avec ses séries de rideaux, de rails, de mangeurs, mais non dépourvue d'humour. L'absence totale de point de vue politique est frappante dans un film qui affiche tant d'indices d'une crise imminente, mais montre cet état de choses comme cyclique, donc naturel et immuable. » Bernard Eisenschitz, Le Cinéma allemand, Armand Colin.

 

Walter Ruttmann naît en 1887 à Francfort. Il effectue des études d’architecture à Zürich puis de peinture à Munich, et peint en 1917 ses premières toiles abstraites, avant de se tourner l’année suivante vers « la peinture avec le temps ». Il réalise ainsi Opus I en 1921, projeté pour la première fois à la Marmorhaus de Berlin, et est considéré comme le pionnier du cinéma abstrait. Les Opus II, III et IV sont présentés en 1925. C’est avec Karl Freund et le scénariste Carl Mayer qu’il a l’idée, en 1926, d’un film sur la capitale allemande qui deviendra Berlin, symphonie d’une grande ville (1927), son plus grand succès. Il adhère au parti nazi dans les années 1930, pour lequel il réalise des films de propagande, avant de mourir en 1941. 

 

Le film est projeté en 35mm, la copie provient du Deutsche Filminstitut. 

Pour découvrir toute la programmation de la fondation, consultez la frise chronologique ci-dessus.

POUR TÉLÉCHARGER LE PROGRAMME COMPLET, CLIQUER ICI !
Télécharger >