JUILLET
  • VEN
    12
    JUILLET
  • SAM
    13
    JUILLET
  • DIM
    14
    JUILLET
  • LUN
    15
    JUILLET
  • MAR
    16
    JUILLET
  • MER
    17
    JUILLET
  • JEU
    18
    JUILLET
  • VEN
    19
    JUILLET
  • SAM
    20
    JUILLET
  • DIM
    21
    JUILLET
  • LUN
    22
    JUILLET
  • MAR
    23
    JUILLET
  • MER
    24
    JUILLET
  • JEU
    25
    JUILLET
  • VEN
    26
    JUILLET
  • SAM
    27
    JUILLET
  • DIM
    28
    JUILLET

PROJECTIONS

Salle Charles Pathé

Sam. 03 Novembre 2018 à 14h00

Sam
03
NOV
14h00
Les personnages de l'animation "Alice et Nina Star" (1h) séance présentée par Sébastien Roffat

Toutes les séances sont accompagnées par les élèves de la classe d'improvisation au piano de Jean-François Zygel (Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris).

Le cinéma d’animation n’a pas surgi ex-nihilo des studios Walt Disney. Pour les vacances de la Toussaint, la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé a souhaité donner un coup de projecteur sur ces précurseurs du cinéma d’animation. A commencer par les deux grandes figures de références du genre naissant, le français Émile Cohl – à qui la programmation rend hommage –, et l’américain, Winsor McCay.

 

 

La série des « Alice comedies » figure parmi les premiers courts-métrages réalisés par Walt Disney. Son personnage principal Alice, se retrouve propulsé dans le monde merveilleux de Cartoonland. Walt Disney puise l’idée des Alice dans une série de cartoons des frères Fleischer, Out of the Inkwell, dans laquelle des personnages quittent le monde animé pour s’inviter dans la réalité. Il inverse le concept en projetant une actrice chez les toons. Il embauche ainsi une petite fille de quatre ans, Virginia Davis, pour jouer Alice. Elle a pour mission de découvrir le pays virtuel de "Cartoonland". Alice Comedies totalise 57 courts-métrages muets en noir et blanc qui mêlent animation et prises de vue réelles.

 

Ladislas Starewitch fait figure de précurseur en réalisant en France à partir des années 1920, suite à son exil russe, plusieurs courts-métrages mettant en scène des marionnettes associées à des prises de vue réelles. L’animation chez Ladislas Starewitch se fait en marionnettes : il en découle tout un long travail artisanal pour animer image par image chaque marionnette. Le cinéaste tourne chez lui, puisqu’il y a installé ses studios et filme dans un milieu restreint qui donne à ses œuvres une dimension de films de famille. Il réalise entre 1921 et 1927, avec sa fille aînée, Irène Starewitch, une série de courts-métrages mettant en scène le personnage de Nina Star, incarnée par sa fille cadette, Jeanne.

 

La séance sera présentée par Sébastien Roffat.*

Les personnages de l'animation « Alice et Nina Star » (1h)

 

La voix du rossignol - 1923 (12min)

Série : Nina Star

Réalisation et production : Ladislas Starewitch

Avec : Jeanne Starewitch

Dans son rêve, une fillette comprend que le rossignol n’est pas un jouet et ne peut vivre en cage. Et si maintenant elle chante si bien, c’est parce que le rossignol auquel elle a rendu sa liberté lui prête sa voix en reconnaissance durant le jour et qu’il ne lance lui-même ses trilles que la nuit.

Prix Hugo Riesenfeld du meilleur court métrage aux États-Unis en 1925.

Film projeté en copie 35mm, en provenance des collections de Martin-Starewitch, Paris.

 

Le « pestacle » de Far West - 1924 (12min)

Série : Alice Comedies

Réalisation : Walt Disney

Avec : Vignia Davis et Margie Gay

Production : Disney Brothers Studio

Lors de son « pestacle », Alice raconte ses face-à-face au Far West avec les Indiens et les bandits. Un véritable western féministe !

Film projeté en format numérique, en provenance des collections de Malavida.

 

L’Ouest moutonneux (Alice in the Wooly West) - 1924 (9min)

Série : Alice Comedies

Réalisation : Walt Disney

Avec : Vignia Davis, Margie Gay et Lois Hardwick

Production : Disney Brothers Studio

Alice repart à la conquête du Far West et nous refait l'attaque de la diligence. Avec l'apparition d'un nouveau méchant : Pat Hibulaire !

Film projeté en format numérique, en provenance des collections de Malavida.

 

La reine des papillons - 1927 (22min)

Série : Nina Star

Réalisation et production : Ladislas Starewitch

Avec : Jeanne Starewitch

Nina, touchée par la mélodie d'un violoniste aveugle, décide d’apprendre à jouer le violon. Elle sauve une petite chenille de la mort et celle-ci lui promet une récompense. En dormant, Nina est transformée en reine des papillons et y-est invitée a découvrir le monde végétal de la musique. Mais les araignées décident de l'enlever, ce qui déclenche une bataille entre insectes et arachnides.

Film projeté en copie 35mm, en provenance des collections de Martin-Starewitch, Paris.

 

Précédé par le court-métrage d'Emile Cohl :

 

Fantasmagorie - 1908 (2min)

Réalisation : Emile Cohl

Production : Gaumont

Historiquement le premier film de dessins animés cinématographique. En traits blancs sur fond noir, succession de transformations : un visage devient un éléphant qui se transforme en chapeau qui ressemble à un monstre...

Film projeté en format numérique, en provenance des collections de Gaumont-Pathé Archives.                  

 

Séance accessible aux enfants à partir de 7 ans.

* Sébastien Roffat est historien, spécialiste du cinéma d animation. Sa thèse de doctorat a porté sur le dessin animé français sous l Occupation. Chargé de cours à Paris 3 et Paris 8, et professeur de cinématographie à l institut Sainte Genevieve de Paris en diplôme des metiers d art cinéma d animation.

Pour découvrir toute la programmation de la fondation, consultez la frise chronologique ci-dessus.

POUR TÉLÉCHARGER TOUTE LA PROGRAMMATION, CLIQUER CI-DESSOUS
Télécharger >